Herblay : "Le pronostic vital" du jeune policier le plus grièvement blessé "n'est plus engagé", annonce le parquet de Pontoise

Les deux policiers avaient été roués de coups au sol, notamment au visage et à la tête. Puis leurs agresseurs avaient dérobé leurs armes de service avant de leur tirer dessus. L'un d'eux s'est rendu à la police.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'inquiétude sur le pronostic vital de l'un des policiers attaqués à Herblay dans le Val-d'Oise est levée. Son état de santé est "stabilisé" indique le parquet de Pontoise. (V?RONIQUE BEAUGRAND / MAXPPP)

Agressé avec un collègue alors qu'il était en planque mercredi 7 octobre à Herblay dans le Val-d'Oise, un policier de 30 ans avait été grièvement blessé. Il avait pris quatre balles "dans la jambe et le scrotum" et présentait également "une fracture du crâne"  qui faisait craindre pour sa vie. Cinq jours après l'agression, l'inquiétude sur son pronostic vital vient d'être levée.

Le parquet de Pontoise annonce à franceinfo qu'il "n'est plus engagé" et que son état de santé est "stabilisé", confirmant une information de RTL. Toutefois, il n'a toujours pas pu être entendu, précise le parquet. Le second policier, le Major, touché à deux reprises dans les jambes a lui pu être auditionné. Mais, les deux policiers restent hospitalisés.

Le suspect qui s'est rendu toujours entendu

Les deux policiers avaient été roués de coups alors qu'ils effectuaient une mission de surveillance dans une zone industrielle. Ils s'étaient faits dérober leurs armes de service, et tirer dessus.

Un homme s'est rendu vendredi à la police à Versailles. Il a été placé en garde à vue. Il est toujours entendu lundi midi. Selon son avocat, il pourrait être présenté à un juge mardi. Une enquête en flagrance du chef de "tentative de meurtre sur personne dépositaire de l’autorité publique en bande organisée" a été ouverte par le procureur de la République de Pontoise.

 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.