Agression de policiers à Herblay : un homme en garde à vue après s'être rendu à la police de Versailles

Deux policiers en planque ont été attaqués mercredi à Herblay. Leurs agresseurs les ont roués de coups et, après leur avoir dérobé leurs armes de service, leur ont tiré dessus.

Herblay (Val-d-Oise).
Herblay (Val-d-Oise). (GOOGLE MAPS)

"Un suspect a été placé en garde à vue à 10h30 dans le cadre de l’enquête concernant la tentative d’homicide sur deux fonctionnaires de police à Herblay", indique vendredi 9 octobre le parquet de Pontoise à franceinfo. Cet homme s'est rendu de lui-même dans la matinée à la police judiciaire de Versailles, a appris franceinfo de source proche, confirmant une information de BFM TV. 

Le suspect, connu des services de police pour des affaires liées aux stupéfiants, affirme bien faire partie du groupe de trois hommes qui s'en sont pris aux policiers mercredi soir. Mais il dit ne pas avoir du tout participé aux coups portés et encore moins aux tirs contre les fonctionnaires. 

Selon son avocat contacté par franceinfo, il dit avoir été totalement "surpris" par la réaction ultra-violente des deux hommes qui l'accompagnaient et qui sont toujours en fuite. Selon ce suspect, le groupe était très alcoolisé et - point très important - ils ont tous compris, au fil de cette attaque, qu'ils avaient bien à faire à de vrais policiers, ce qui ne les a pas stoppé. Juste après l'agression, le suspect affirme que c'est lui qui a appelé le 17, avec son téléphone portable, pour alerter police-secours avant de lui-même prendre la fuite.

Une version ne correspondrait pas aux premiers témoignages des victimes. Selon une source proche de ce dossier, l'un des deux policiers blessés a lui le souvenir de trois agresseurs et non pas deux .

Les agresseurs ont fait feu "au moins à six reprises"

Mercredi soir vers 22 heures, deux policiers en civil de la PJ de Cergy-Pontoise effectuaient une mission de surveillance dans une zone industrielle lorsqu'ils ont été agressés et blessés avec leurs propres armes de services, à Herblay (Val-d'Oise) par trois personnes. "Une bagarre s'en est suivie. Ils ont réussi à subtiliser leurs armes de service, deux armes. Ils [leur] ont tiré dessus", a raconté sur franceinfo Philippe Rouleau, maire de la commune d'Herblay. 

Selon les premiers éléments de l'enquête, les trois malfaiteurs auraient crû qu'ils s'agissaient de "gens du voyage". Les policiers voyant les malfaiteurs se rapprocher ont déclaré qu'ils étaient de la police, mais cela n'a pas empêché les violences. Le parquet a indiqué que "les trois individus les rouaient de coups, parvenaient à leur dérober leur arme de service et faisaient feu sur eux à au moins six reprises". Selon une source proche de l'enquête, ils ont également détérioré la voiture de service non siglée de la police.

L'état des blessés "toujours préoccupant"

L'un des policiers, touché par quatre balles "dans la jambe et le scrotum", se trouvait jeudi entre la vie et la mort, souffrant notamment d'une fracture du crâne, a indiqué le parquet de Pontoise. L'autre, a présenté "deux impacts de balle dans les jambes" et "de multiples coups notamment au visage". Jeudi soir, le porte-parole de la police nationale a déclaré sur franceinfo : "L'état de santé de nos deux collègues est toujours préoccupant, plus particulièrement celui l'un des deux qui inspire des inquiétudes". "Il est entre les mains des personnels médicaux et nous avons toute confiance dans leur action", avait ajouté Michel Lavaud.

Une enquête en flagrance du chef de "tentative de meurtre sur personne dépositaire de l’autorité publique en bande organisée" a été ouverte par le procureur de la République de Pontoise.