Cet article date de plus de cinq ans.

"Ras-le-bol" des policiers : les syndicats appellent à une manifestation silencieuse le 26 octobre

Le mouvement des policiers, lancé hors de tout cadre syndical, a été rejoint mercredi par le syndicat Unité SGP police FO qui appelle toutes les organisations syndicales à une "marche de la colère policière et citoyenne", le 26 octobre, à Paris et en province.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des policiers protestent devant l'hôpital Saint-Louis, à Paris, le 19 octobre 2016.  (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)

Après deux nuits de manifestations spontanées de policiers pour exprimer leur "ras-le-bol", Unité SGP Police-FO appelle mercredi 19 octobre à une "marche de la colère policière et citoyenne" le 26 octobre à Paris et en province. Les policiers reprochent au Premier ministre, Manuel Valls, et au ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, de multiplier les déclarations et de ne pas leur donner réellement les moyens humains et matériels d'exercer leurs missions. 

"Ce sera à Paris et en province et sans banderoles ni prises de parole", a déclaré à l'AFP Nicolas Comte, le porte-parole du deuxième syndicat de gardiens de la paix. "Nous y appelons la population pour soutenir leur police."

Par ailleurs, le ministre de l'Intérieur recevra mercredi à 17 heures les syndicats, a annoncé le ministère. Deux syndicats de gardiens de la paix, Alliance et l'Unsa-Police, auxquels s'est joint Synergie (second syndicat d'officiers), avaient demandé mercredi matin une réunion "en urgence" avec les ministres de l'Intérieur et de la Justice, a dit à l'AFP le secrétaire général d'Alliance, Jean-Claude Delage"Les policiers veulent une réponse pénale aux agressions et à la violence dont ils sont victimes", a-t-il plaidé.

Rappel à l'ordre des autorités

La manifestation surprise de centaines de policiers, lundi en pleine nuit, à Paris, a poussé les autorités à adresser le lendemain un ferme rappel à l'ordre à ces agents, tout en disant comprendre leur "exaspération". Des manifestations ont à nouveau eu lieu dans la nuit de mardi à mercredi. Les policiers sont notamment revenus devant l'hôpital Saint-Louis, à Paris, où est hospitalisé un adjoint de sécurité de 28 ans, très grièvement brûlé aux mains et au visage après l'attaque au cocktail Molotov de son véhicule à Viry-Châtillon (Essonne).

Le patron de la police nationale, Jean-Marc Falcone, qui a rencontré mardi soir des policiers de l'Essonne à Evry, a dit comprendre leur exaspération. Il est reparti sous les huées de quelque 400 fonctionnaires rassemblés pour soutenir leurs collègues menacés de sanctions.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Attaque de policiers à Viry-Châtillon

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.