Attaque de la préfecture de Paris : le 23h philo avec France Culture

Selon Géraldine Mosna-Savoye, productrice du “Journal de la philo” sur France Culture, la force de la police présente bien des ambivalences.

Franceinfo

“‘Mais que fait la police?’ : l’adage populaire montre les sentiments ambivalents qu’inspire la police, affirme Géraldine Mosna-Savoye, invitée du 23h. On a besoin d’être protégé par elle, mais on ne cesse de remettre en cause son pouvoir”. C’est au 17e siècle que la police prend son sens moderne de service public. "Ses missions sont, et sont toujours, la protection des biens et des personnes, le maintien des institutions, la surveillance de l’opinion”, continue la productrice du “Journal de la philo” sur France Culture.

Du pouvoir à la violence légitime

D’après la philosophe de formation, la police est forte car elle représente tous les citoyens, et pas seulement en raison des armes. Mais un glissement a eu lieu, comme le définit en 1919 le sociologue allemand Max Weber qui a défini l’Etat moderne “comme celui qui détient le monopole de la violence légitime”. Enfin, concernant le nombre important de suicides au sein de la police en 2019, Michel Foucault a travaillé sur la notion de “force vitale”. “Trop armer la police, c’est d’une certaine manière la rendre impuissante car elle doit tirer son pouvoir de la représentation qu’elle incarne de tous les citoyens” conclut Géraldine Mosna-Savoye.

Le JT
Les autres sujets du JT
La préfecture de police de Paris, le 3 octobre 2019. 
La préfecture de police de Paris, le 3 octobre 2019.  (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)