Attaque à la préfecture de police : l'assaillant présentait-il des signes de radicalisation ?

Trois jours après la mortelle attaque au couteau dans la préfecture de police de Paris, les enquêteurs suivent la piste terroriste. Ils s'intéressent au processus de radicalisation de l'assaillant, Mickaël H.

france 3

Que sait-on de la radicalisation de Mickaël H., le fonctionnaire de la préfecture de police de Paris qui a tué quatre de ses collègues à coups de couteau, jeudi 3 octobre ? "Un policier affirme qu'en 2015, il s'était réjoui des attentats de 'Charlie Hebdo'. Ce policier dit avoir signalé ces faits à sa hiérarchie, mais pour l'instant, les enquêteurs n'ont aucune trace de ce signalement. En tout cas, l'assaillant n'a fait l'objet d'aucune surveillance particulière", explique la journaliste Nathalie Perez en duplex depuis le palais de justice de Paris.

Son épouse était-elle complice ?

"Il y a aussi son téléphone qui a parlé, révélant de nombreux contacts avec des salafistes. Son épouse, qui est toujours placée en garde à vue, avait reçu un texto le matin de l'attaque, où il disait avoir acheté un couteau. Alors, était-elle au courant de ces macabres projets ou était-elle même directement complice de ces faits ? C'est ce que les enquêteurs cherchent toujours à savoir", conclut-elle.

Le JT
Les autres sujets du JT
Les pompiers interviennent à la préfecture de police de Paris, le jeudi 3 octobre 2019, après l\'attaque qui a fait cinq morts dont l\'assaillant.
Les pompiers interviennent à la préfecture de police de Paris, le jeudi 3 octobre 2019, après l'attaque qui a fait cinq morts dont l'assaillant. (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)