Mort de Gaye Camara à Epinay-sur-Seine lors d'une opération de police : la justice confirme le non-lieu

Le jeune homme de 26 ans avait été tué au volant de sa voiture le 16 janvier 2018 au cours d'une opération de police à Epinay-sur-Seine (Seine-Saint-Denis).

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une marche à Beaumont-sur-Oise, le 18 juillet 2020, contre les violences policières, à laquelle avait participé la famille de Gaye Camara. (BERTRAND GUAY / AFP)

La chambre de l'instruction de la cour d’appel de Paris a confirmé jeudi 21 janvier un non-lieu, dans l'enquête sur la mort de Gaye Camara, a appris franceinfo de sources concordantes. Le jeune homme de 26 ans avait été tué au volant de sa voiture le 16 janvier 2018 au cours d'une opération de police à Epinay-sur-Seine (Seine-Saint-Denis).

En août 2019, un juge d'instruction avait rendu une ordonnance de non-lieu, considérant que le policier mis en cause était en état de légitime défense. La famille, qui conteste cette version, avait fait appel de cette décision. La chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris vient donc de confirmer ce non-lieu.

Deux plaintes contre l'expert

Joint par franceinfo, Me Yassine Bouzrou, l’avocat de la famille de Gaye Camara, annonce qu'il va se pourvoir en cassation et saisir la Cour européenne des droits de l’homme "pour dénoncer le manque d’impartialité et l'absence d'enquête effective sur la mort de Gaye Camara". La famille défend l'hypothèse d’un homicide volontaire, expertise "indépendante" à l’appui.

Me Bouzrou indique par ailleurs avoir déposé une plainte pour "faux en écriture publique" contre l’expert balistique "qui avait affirmé que la trajectoire du tir mortel ne pouvait être établie", et qu'il va déposer une autre plainte contre lui pour "escroquerie au jugement".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.