Tribunes sur l'antisémitisme : Enrico Macias "approuve" la réponse des imams, qui "auraient dû" réagir "il y a longtemps"

Le chanteur Enrico Macias, signataire de la tribune "contre un nouvel antisémitisme", a affirmé mardi sur franceinfo être "content qu'il y ait des responsables religieux qui s'élèvent contre des gens qui se servent de leur religion".

Le chanteur Enrico Macias, à Ramatuelle (Var) en août 2017.
Le chanteur Enrico Macias, à Ramatuelle (Var) en août 2017. (MAXPPP)

Deux jours après la parution d'un manifeste "contre le nouvel antisémitisme", parue dimanche dans Le Parisien, une autre tribune est parue en réponse, mardi 24 avril. Signée par une trentaine d'imams, le texte s'indigne contre les actes antisémites, mais dénonce aussi "l'idée funeste" selon laquelle le Coran appellerait au meurtre. Il s'agit d'une initiative qu'"approuve" Enrico Macias. Le chanteur l'a dit, mardi sur franceinfo.

franceinfo : Vous avez signé la première tribune "contre le nouvel antisémitisme". Comprenez-vous l'émoi qu'elle a pu susciter chez de nombreux responsables musulmans ?

Enrico Macias : Bien sûr que je comprends l'émoi. Parce que nous sommes tous des citoyens français et je ne comprends pas qu'on fasse un amalgame avec des gens qui pratiquent la barbarie au nom d'une religion ou d'une autre, au nom de Dieu. Une religion quelle qu'elle soit, c'est l'amour. Pas la barbarie, pas tout ce que l'on a vu ces derniers temps, des juifs attaqués et tués parce qu'ils sont juifs, c'est une tragédie incroyable.

Que pensez-vous de la réponse des imams ?

J'approuve cette réaction, cela va dans le bon sens. Mais j'estime que depuis longtemps ils auraient dû le faire. Parce que, quand il y a un amalgame, il faut se défendre contre cet amalgame. Je suis content qu'il y ait des responsables religieux qui s'élèvent contre des gens qui se servent de leur religion, de l'islam pour commettre des crimes incroyables.

Vivez-vous dans la crainte d'actes antisémites dans la France d'aujourd'hui ?

Bien sûr que c'est une inquiétude. Depuis que je suis arrivé en France, j'ai écrit des chansons contre le racisme et l'antisémitisme. Je me suis toujours élevé contre cette injustice incroyable. J'ai écrit une chanson qui s'appelle "Enfants de tous les pays", ce n'est pas pour rien. En ce moment, c'est très grave ce qui se passe. Quand je vois cette femme assassinée uniquement parce qu'elle est juive [Mireille Knoll, tuée le 23 mars 2018 dans son appartement à Paris], Ilan Halimi [tué et séquestré en janvier 2006], Mohammed Merah à Toulouse, Sarah Halimi [tuée le 4 avril 2017], et même le colonel Arnaud Beltrame [tué pendant l'attentat de Trèbes le 24 mars 2018]. Ce n'est pas que les juifs qui sont touchés, ce sont tous les citoyens français. Quand un juif est touché, c'est un citoyen français qui est touché. C'est de cela que j'aimerais que tout le monde prenne conscience.