Double meurtre dans les Cévennes : Valentin Marcone s'est rendu après quatre jours de cavale

Publié Mis à jour
Cévennes : Valentin Marcone s'est rendu après quatre jours de cavale
France 3
Article rédigé par
C.Gillard, J.Vitaline, S.Thomas, H.Smague, L.Beaumel, M.Valantin, C.Nicolas, France 3 Occitanie - France 3
France Télévisions

Après quatre jours de cavale, Valentin Marcone, suspecté d'un double meurtre, s'est rendu vendredi 14 mai. Un soulagement pour les populations cloîtrées chez elle depuis des jours. Julie Vitaline, journaliste pour France Télévisions, est en direct des Plantiers (Gard). 

Vendredi 14 mai, la cavale de Valentin Marcone a pris fin. Affamé et épuisé après quatre jours de traque dans les montagnes escarpées, le suspect s'est rendu aux forces de l'ordre. "Il a quitté sa cache et il est redescendu plein sud vers son domicile. Il s'est rendu à la première patrouille de gendarme qui s'est présentée en leur précisant 'excusez-moi, je me rends, excusez-moi, je me rends'", explique le Général Arnaud Browaëys, commandant des opérations. Le fugitif n'aura jamais quitté la zone des Plantiers (Gard) ni le périmètre de recherche de quinze kilomètres carrés, près de la scierie où il a commis le double homicide. 

Valentin Marcone en garde à vue 

"Le tueur présumé, Valentin Marcone est en garde à vue à Nîmes, les enquêteurs auront 48h pour l'interroger", rapporte la journaliste Julie Vitaline en direct des Plantiers (Gard). Les enquêteurs l'interrogeront sur les raisons qui l'ont poussé à abattre ses deux victimes mardi 11 mai. Les gendarmes l'interrogeront sur sa cache sommaire, "existe-t-il un autre endroit mieux aménagé où il aurait pu se restaurer, se cacher, stocker du matériel ?". Les armes en sa possession durant sa traque sont introuvables, "les renseignements qu'ils pourraient fournir seront déterminants pour retrouver ses éléments et retracer son parcours", conclut la journaliste.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Meurtres

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.