Cet article date de plus de six ans.

Le corps de la policière disparue le 5 janvier lors d'un exercice dans la Seine a été retrouvé

La Niçoise venait d'intégrer la brigade fluviale de la police parisienne lorsqu'elle a disparu durant un exercice.

Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Des pompiers recherchent le corps d'une policière disparue dans la Seine, le 5 janvier 2018. (MAXPPP)

Le corps d'Amandine, une policière de 27 ans qui a disparu lors d'un exercice dans la Seine à Paris le 5 janvier dernier, a été retrouvé, annonce la préfecture de police, dimanche 29 avril. La policière avait disparu lors d'un exercice de routine qui se déroulait à hauteur de la cathédrale Notre-Dame de Paris, alors que la Seine était en crue. Son corps a été retrouvé en aval du pont des Arts, à quelques centaines de mètres du lieu de la disparition, a précisé la préfecture de police.

Le corps a été transporté à l'institut médico-légale (IML) de Paris pour une identification formelle, selon une source policière. Le parquet de Paris avait confié à l'inspection générale de la police nationale (IGPN) une enquête pour rechercher les raisons de la disparition. Le 23 février, à la suite de cette enquête, une information judiciaire avait été ouverte pour homicide involontaire.

Ouverture d'une enquête administrative

Le syndicat Unsa-Police avait demandé l'ouverture d'une enquête administrative sur les conditions dans lesquelles avait été réalisé cet exercice. L'Unsa police, syndicat dont la jeune femme était adhérente, affirme que la plongeuse a été livrée à la Seine avec un équipement d'une quarantaine de kilos et n'est pas parvenue à gonfler son gilet. Selon le syndicat, la plongeuse aurait "été lâchée au mépris du protocole".

"Quant à son collègue, resté dans l’embarcation, et censé lui porter secours, il n’était pas équipé de sa bouteille d’air : lorsqu’il a plongé pour lui venir en aide, il s’est trouvé en difficulté, dans des eaux démontées et des conditions exécrables. Il a dû regagner le bateau", explique Nicolas Pucheu, secrétaire départemental adjoint de l'Unsa au Parisien. Par ailleurs, l'Unsa met en cause la préfecture de police pour avoir refusé le soutien proposé par l’unité d’élite du Raid afin de tenter de localiser le corps d’Amandine.

 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.