Policière noyée dans la Seine : un syndicat dénonce des dysfonctionnements en série

Le syndicat Unsa police, dont la jeune femme était adhérente, a consulté des documents jugés "accablants" et met en cause la hiérarchie et le déroulement de l'exercice du 5 janvier, notamment "la ligne de vie de la plongeuse" qui aurait "été lâchée au mépris du protocole". 

Des pompiers recherchent le corps de la jeune policière noyée dans la Seine lors d\'un exercice, le 5 janvier 2018 à Paris.
Des pompiers recherchent le corps de la jeune policière noyée dans la Seine lors d'un exercice, le 5 janvier 2018 à Paris. (THOMAS SAMSON / AFP)

La hiérarchie policière a-t-elle une part de responsabilité dans la noyade d'une jeune agente dans la Seine ? Le 5 janvier, Amandine, une Niçoise de 27 ans qui venait d'intégrer la brigade fluviale de la police parisienne, disparaissait lors d'un exercice. L'Unsa police, syndicat dont la jeune femme était adhérente, a pu consulter des documents jugés "accablants", rapporte Le Parisien mercredi 25 avril.

Le secrétaire départemental adjoint de l'Unsa, Nicolas Pucheu, affirme au quotidien que "la ligne de vie de la plongeuse a été lâchée au mépris du protocole". Selon lui, la plongeuse aurait d'abord dû être délestée de sa bouteille d’air, de sa ceinture de plomb et avoir gonflé son gilet pour pouvoir se laisser dériver. "Amandine a été livrée à la Seine avec un équipement d’une quarantaine de kilos, et elle n’est pas parvenue à gonfler son gilet. Amandine a coulé à pic", poursuit le syndicaliste.

"On nous a caché la vérité"

"Quant à son collègue, resté dans l’embarcation, et censé lui porter secours, il n’était pas équipé de sa bouteille d’air : lorsqu’il a plongé pour lui venir en aide, il s’est trouvé en difficulté, dans des eaux démontées et des conditions exécrables. Il a dû regagner le bateau", explique Nicolas Pucheu. Par ailleurs, l'Unsa met en cause la préfecture de police pour avoir refusé le soutien proposé par l’unité d’élite du Raid afin de tenter de localiser le corps d’Amandine.

Selon Le Canard enchaîné, qui a pu consulter une partie du dossier, le moniteur encadrant l'exercice aurait donné l'ordre de lâcher la ligne de vie reliée à Amandine afin de récupérer l'homme-grenouille qui avait plongé pour lui venir en aide.

"On nous a caché la vérité. A aucun moment la préfecture de police ne nous a dit qu'une erreur avait été commise, que le moniteur avait donné l'ordre de lâcher la ligne de vie", déclare la mère de la victime au Canard enchaîné.