VIDEO. Le procès de Monsieur chat annulé

Les graffitis félins de Thoma Vuille recouvrent les rues des capitales mondiales. L'artiste accusé de "dégradations" a échappé aux poursuites.

France 3

Des États-Unis au Vietnam en passant par la campagne française, Thoma Vuille a laissé sa trace. Évidemment, Paris n'a pas échappé au félin. La RATP, qui dépense 20 millions d'euros dans la lutte contre les graffitis, demandait réparation pour ces croquis. Un procès qui a été annulé.

"Ça met de bonne humeur le matin"

 L'idée lui est venue d'une petite fille, en 1997. L'enfant lui dessine un chat : "Cela m'a ému", raconte l'artiste, face à la caméra de France 3. Il part alors du constat suivant : "Si j'ai une émotion en voyant ce dessin naïf, alors si je le mets dans la rue, d'autres personnes risquent d'avoir la même émotion".

"Il donne la banane, tout simplement, il donne un peu de gaité", "ça met de bonne humeur le matin", témoignent des passantes.

Mohamed Zegout, un commerçant séduit, a laissé l'artiste colorer le rideau de fer de son commerce. Pour lui : "C'est plus agréable de voir un joli dessin que de voir un rideau gris à nu." 

 

Le JT
Les autres sujets du JT