Justice : un CRS devant les assises pour un tir de grenade

Un ancien CRS est jugé mercredi 22 mai pour un tir injustifié de grenade lors d'une manifestation, il y a près de trois ans. Un tir qui avait éborgné un manifestant. 

FRANCE 3

Il y a trois ans, en pleine manifestation contre la loi Travail, un homme reste au sol, touché à la tête par une grenade de désencerclement. Laurent Theron, 48 ans, perdra définitivement son œil droit et portera plainte contre le CRS qui a lancé cette grenade. Le procès se tient aux assises, mercredi 22 mai, où le CRS est accusé de violence volontaire ayant entraîné une mutilation.

Le CRS encourt quinze ans de prison

Selon les juges d'instruction, ce tir de grenade serait hors de tout cadre légal et réglementaire, ce que conteste l'avocat du CRS. "Il a un geste, pendant une seconde, une grenade qui ne part pas vers la droite mais qui part vers la gauche, par pur accident, et on va le juger comme un braqueur, comme un violeur", explique Me Laurent-Franck Liénard. En France, le renvoi aux assises de fonctionnaires en maintien de l'ordre est rarissime, mais le policier accusé encourt malgré tout jusqu'à quinze ans de prison.

Le JT
Les autres sujets du JT
Laurent Theron, un militant syndical SUD, a perdu un œil lors d\'une manifestation contre la loi Travail, le 15 septembre 2016 à Paris.
Laurent Theron, un militant syndical SUD, a perdu un œil lors d'une manifestation contre la loi Travail, le 15 septembre 2016 à Paris. (GREG SANDOVAL / AFP)