Cet article date de plus d'un an.

Info France TV Plusieurs plaintes déposées après une douzaine de signalements d'étudiantes "droguées" dans une soirée

Ces jeunes femmes affirment à France Télévisions avoir été droguées lors d'une soirée samedi, dans le cadre d'un tournoi de foot organisé à Lille.
Article rédigé par France 2 - Thomas Cuny
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Un verre d'alcool dans une discothèque à Lille (Nord), le 14 avril 2014 (image d'illustration). (BRIDE EDOUARD / MAXPPP)

Ce devait être un moment de fête et de retrouvailles entre étudiants. Lors d'une soirée organisée par le bureau des étudiants (BDE) de l'école de journalisme de Lille (ESJ), une douzaine de jeunes femmes pensent avoir été droguées, selon les informations recueillies par France Télévisions, mercredi 22 mars. Un signalement a été fait auprès de la police par les organisateurs.

Samedi 18 mars, à l'issue du tournoi de foot inter-écoles de journalisme 2023 (TFIEJ), près d'un millier d'étudiants se sont retrouvés dans une boîte de nuit à Lille (Nord). Une soirée privée où seuls les étudiants pouvaient entrer. Selon un message des organisateurs envoyés aux différentes écoles, que nous avons pu consulter, les témoignages de plusieurs étudiantes ont été recueillis, et "font état d'usage de drogue, que ce soit par verre ou par piqûre".

Plusieurs étudiantes admises aux urgences

D'après nos informations, une douzaine d'étudiantes seraient concernées, notamment des écoles de Lannion (Côtes-d'Armor), Toulouse (Haute-Garonne) et Lille. Dans un communiqué, les organisateurs précisent qu'elles auraient été victimes de "tremblements, perte de mémoire, fatigue, vomissements, et pour certains cas, une trace de piqûre".

Jointe par France Télévisions, l'une de ces jeunes femmes, qui souhaite garder l'anonymat, évoque ces symptômes, notamment un bras gonflé et lourd. Elle dit ne pas avoir consommé d'alcool mais avoir ressenti les mêmes sensations. Admise aux urgences lundi, comme plusieurs de ses camarades, elle a effectué des tests urinaires et doit bientôt faire une prise de sang pour tenter d'expliquer ce qui a pu se passer. Depuis la soirée, six plaintes ont été déposées, selon des sources judiciaires.

Référents "anti-agressions"

Lors de cette soirée, les étudiants de l'école de journalisme de Lille avaient mis en place des référents pour prévenir toute agression sexuelle ou sexiste. Des zones étaient notamment prévues, au calme, si nécessaire, pour les participants en exprimant le besoin. Des mesures de sécurité avaient été également prises avec un "contrôle strict de l'identité des participants à l'entrée du tournoi et distribution de bracelets individuels permettant l'entrée à la soirée", précise le BDE de l'ESJ Lille. 

Au cours de la soirée, un homme aurait eu un comportement "étrange" auprès de plusieurs fêtards, a appris France Télévisions auprès de participants. "Il tentait de faire boire son verre à des étudiantes et s'énervait si elles refusaient", racontent des témoins. Sollicités, les organisateurs de l'événement n'ont pas souhaité répondre à nos questions.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.