Cet article date de plus de cinq ans.

L'incendie du Musée national de Rio de Janeiro est une "tragédie annoncée"

Benoît de l'Estoile, anthropologue et directeur de recherches au CNRS, a expliqué, lundi sur franceinfo, que l'incendie du Musée national de Rio de Janeiro (Brésil) "aurait pu être évité".

Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Des forces de l'ordre devant le musée national de Rio de Janeiro, au Brésil, lundi 3 septembre, après l’incendie qui a ravagé le bâtiment. (CARL DE SOUZA / AFP)

L'incendie qui a ravagé le Musée national de Rio de Janeiro, au Brésil dimanche 2 septembre, aurait pu être évité selon Benoît de l'Estoile. L'anthropologue, directeur de recherches au CNRS et professeur à l’Ecole Normale Supérieure a expliqué, lundi sur franceinfo, qu'"il y a un sous-équipement et un sous-financement du budget depuis des années. Cette année, devait avoir lieu, pour les 200 ans, un programme de mises en normes et qui prévoyait un programme de lutte contre l’incendie", a rapporté l'anthropologue pour qui cela est "d’autant plus absurde, tragique et triste que cela aurait pu être évité".

franceinfo : Le musée national de Rio était dans une ancienne résidence impériale. Est-ce que ce n’était pas suffisamment adapté ?

Benoît de l’Estoile : Le Louvre aussi était une ancienne résidence royale qui est devenue un musée. Quand le Brésil est devenu une République en 1889, quelques temps plus tard, le palais s’est transformé en musée national. Cela se fait dans beaucoup de pays. Le problème est que les travaux de mises à jour n’avaient pas été faits. Depuis des années, les directeurs du musée se plaignaient que les travaux nécessaires n’étaient pas faits. Il y avait beaucoup de choses inflammables. Malheureusement, c’était une tragédie annoncée.

Y avait-il un gros manque de moyens ?

Il y a un sous-équipement et un sous-financement du budget depuis des années. Cette année, devait avoir lieu pour les 200 ans, un programme de mises en normes et qui prévoyait un programme de lutte contre l’incendie. Malheureusement, il a été fait trop tard. C’est d’autant plus absurde, tragique et triste que cela aurait pu être évité.

Cela doit être un coup dur pour les chercheurs ?

C’est un coup extrêmement dur. La communauté internationale de recherches à un rôle à jouer à la fois pour montrer une solidarité vis-à-vis de nos collègues brésiliens, mais aussi pour contribuer à refaire la bibliothèque, aider le maintien des programmes de recherches. Là, les chercheurs sont atterrés. Au-delà d’une solidarité qu’il faut démontrer, il faut penser à des moyens concrets pour aider cette institution à se relever.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.