Incendie à Lubrizol : les taux de dioxines relevés sous le panache de fumée sont quatre fois plus élevés que la normale à Préaux

Atmo Normandie a présenté mardi 8 octobre ses derniers résultats d'analyse de l'air, réalisés après l'incendie de l'usine Lubrizol à Rouen le 26 septembre dernier. 

Atmo Normandie présentait les résultats des taux de polluants dans l\'air
Atmo Normandie présentait les résultats des taux de polluants dans l'air (Théophile Pedrola)

Les premiers résultats d'analyses sur la détection de dioxines dans l'air, après l'incendie de Lubrizol, ne sont pas rassurants, notamment dans la commune de Préaux (au nord-est de Rouen), révèle France Bleu Haute Normandie. Les résultats ont été communiqués mardi 8 octobre par l'organisme Atmo Normandie et seront complétés par la suite par l'étude des taux de dioxines au sol. Plus de dix jours après l'incendie, l'origine de l'incendie reste inconnue.

Selon Atmo Normandie qui a réalisé des analyses de qualité de l'air sous le panache de fumée, les taux relevés y sont quatre fois plus élevés que la normale.

Des conséquences sur la santé inconnues

"Il y a un certain nombre de composés cancérogènes qui ont brûlé. Si ça se stocke et que les populations continuent à être exposées, il y a un potentiel risque à long terme", a expliqué Jean-François Gehanno, professeur au CHU de Rouen, à France Bleu Haute Normandie.

Cependant, les résultats concernant les polluants "classiques", comme le dioxyde d'azote, les particules, le monoxyde de carbone, le dioxyde de souffre ou le sulfure d'hydrogène, sont plutôt rassurants.

Des analyses plus poussées dans les sols, les végétaux et la chaîne alimentaire vont être menées par la préfecture. C'est la conjonction de ces différentes analyses qui permettront de préciser le danger éventuel dans la zone de Préaux.