Cet article date de plus de quatre ans.

Chaleur : des bouches à incendie vandalisées

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min.
Chaleur : des bouches à incendie vandalisées
FRANCE 2
Article rédigé par
France Télévisions

Avec l'arrivée de la chaleur, une mauvaise manie s'est développée dans certains quartiers : vandaliser les bouches à incendie. Cela coûte cher et les pompiers risquent de manquer d'eau en cas d'incendie.

À chaque retour du soleil, des bouches à incendie sont forcées pour provoquer des geysers en pleine rue, comme des piscines improvisées. Hier, samedi 21 avril, rien qu'en région parisienne, plus d'une cinquantaine d'actes de vandalisme de ce type ont été recensés. La pratique est illégale et dangereuse. Les autorités alertent sur les risques de blessure avec la pression des geysers et, pour les pompiers, l'impossibilité d'éteindre les incendies. Car c'est bien sur ces bornes que leurs camions viennent s'approvisionner.

Trois ans de prison et 45 000 euros d'amende

"Si quelqu'un ouvre cette canalisation en amont du camion, le camion, lorsqu'il cherchera à obtenir de l'eau pour procéder à l'extinction d'un incendie, il en manquera", explique le capitaine Clément Cognon, de la brigade des sapeurs-pompiers de Paris. À cause de ces ouvertures de bornes à incendie, jusqu'à 150 millions de litres d'eau peuvent être gaspillés par jour. Une perte de 800 000 euros à la charge des communes. Vandaliser une bouche à incendie est passible de trois ans de prison et 45 000 euros d'amende.

Le servicemétéo
évolue  et s’enrichit

découvrir les nouveautés

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.