Hauts-de-Seine : des bouches à incendie forcées, des sanctions exemplaires

Trois jeunes ont reçu une amende de 9 000 euros pour avoir forcé des bouches à incendie à Asnières (Hauts-de-Seine).

France 3

C’est le grand jeu de l’été, le street pooling. Forcer des bouches à incendie pour se rafraîchir quelques minutes. Mais la pratique peut coûter cher. Dans ce quartier d’Asnières (Hauts-de-Seine), trois jeunes viennent de recevoir une amende de 9 000 euros chacun. Le prix de 2 000 mètres cubes d'eau gâchée. Une sanction qui divise.

Pas question de faire payer le contribuable

Les trois adolescents ont été repérés grâce à un système de vidéosurveillance, 40 caméras en tout. Car la mairie ne prend pas le phénomène à la légère. L’ouverture des bouches à incendie leur a coûté entre 50 000 et 60 000 cet été. Pas question donc de faire payer le contribuable. "Ce sont des vies qui sont en jeu. Je pense qu'à un moment donné, il faut dire que ce n’est pas un jeu. On est une ville où il y a plein d'activité pour les jeunes. L’été, on leur offre la piscine à un euro s'ils veulent se rafraîchir", explique André Mancipoz, premier adjoint au maire.

Le JT
Les autres sujets du JT
Image d\'illustration à Paris dans le 20e arrondissement
Image d'illustration à Paris dans le 20e arrondissement (AURELIEN MORISSARD / MAXPPP)