Ils ont fait l'actu, France info

Ils ont fait l'actu. Que devient Daniel Knoll, un des fils de Mireille Knoll, poignardée à mort le 23 mars dernier ?

Le 23 mars 2018, le corps de Mireille Knoll, 85 ans, est retrouvé dans son appartement parisien. La vieille dame juive a été tuée de 11 coups de couteau et la justice qualifie rapidement ce crime d'antisémite. 

Daniel Knoll, un des fils de Mireille Knoll, poignardée à mort le 23 mars 2018.
Daniel Knoll, un des fils de Mireille Knoll, poignardée à mort le 23 mars 2018. (JEAN-CHRISTOPHE BOURDILLAT / RADIO FRANCE)

Le crime de Mireille Knoll, 85 ans, tuée de 11 coups de couteau dans son appartement parisien, survient un an après le meutre d'une autre femme juive à Paris. Il relance le débat sur l'antisémitisme. Cinq jours après la mort de Mireille Knoll, des marches blanches sont organisées à Paris et dans d'autres villes et rassemblent des milliers de personnes. Désormais, le mobile de départ, l'antisémitisme, retenu par la justice semble flou alors que les deux suspects emprisonnés s'accusent du crime. Quatre mois après la mort de sa mère, Daniel Knoll explique que sa vie ne sera plus jamais la même : "Cette épreuve nous accompagne en permanence. elle a complètement changé et bouleversé notre vie. On a l'impression d'avoir quelque chose à faire d'important autour de nous. Perpétuer le nom de notre mère et lutter contre l'antisémitisme partout. On va aller vers nos amis musulmans et on va lutter contre la bêtise humaine. Et ça, y'a de quoi faire."

Une marche blanche est organisée le 28 mars en hommage à Mireille Knoll à Paris

Daniel Knoll : "Ce qui était agréable, c'était de voir toute cette communauté française réunie. Cette réconciliation entre des juifs, des chrétiens, des musulmans, des noirs, des asiatiques. Nous étions émus de ce qui nous arrivait, de ce soutien pour ma mère et je crois que ma mère aurait été tellement heureuse d'avoir autant de monde pour elle."

Ce que l'on voulait c'est qu'il y ait une participation importante pour lutter contre la haine. Parce que la haine se développe. Il y a des monstres partout.Daniel Knollsur franceinfo

Daniel Knoll s'interroge toujours sur sa présence en France : "Ce que je vois c'est ce qui se développe et me fait très peur. Je pense qu'il y a un réel danger pour les juifs d'Europe et je pense toujours, contrairement à mon frère, que l'on doit envisager malheureusement de partir un jour."

Il est probable que ce meurtre ne soit pas uniquement antisémite : "Je pense que la défense des deux monstres les a orientées, mais je me souviens qu'à la fin il avait dit 'Allah akbar', alors des fois je me pose la question, est-ce qu'il y a des 'Allah akbar' plus antisémites que d'autres ? Quand on poignarde 11 fois une pauvre dame, je ne sais pas où s'arrète la haine. Ce qui compte pour moi, c'est ce que le parquet a décidé, maintenant si le parquet change d'avis, je suivrai le parquet. En tout cas, ces deux assassins ont perpétré un crime horrible en disant 'Allah akbar'."

Daniel reste persuadé que la France n'est pas un pays antisémite : "Je ne le pense pas mais il y a un mouvement antisémite qui se développe chez tous les monstres qui se trouvent en France. C'est à dire la minorité qui ne comprend rien, qui n'a pas de culture, qui ne sait pas ce qu'est la politesse ni le respect. Là effectivement se développe un antisémitisme stupide."