Ille-et-Vilaine : pas de cours dans un collège après l'agression de la principale par une mère, une plainte déposée

Une mère d'élève a violemment agressé, mardi 27 septembre, la principale d'un collège de Fougères (Ille-et-Villaine). Elle est en garde à vue, ce mercredi.

Article rédigé par
France Bleu Armorique - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Une salle de classe dans un collège en France, en 2015. (HUGO MATHY / AFP)

La principale du collège public Mahatma Gandhi de Fougères (Ille-et-Vilaine) a été agressée mardi 27 septembre par une mère d'élève dans son bureau, ont appris franceinfo et France Bleu Armorique de source policière ce mercredi. La principale est hospitalisée à Rennes, la mère est en garde à vue et les enseignants n'assureront pas leurs cours jeudi.

>> Calvados : vive émotion dans un lycée de Caen après l'agression au couteau d'une enseignante

La mère, qui devait être convoquée dans les prochains jours pour faire le point sur le comportement en classe de sa fille, s'est présentée mardi sans rendez-vous dans le bureau de la principale. Au cours de la discussion, cette femme a poussé la cheffe d'établissement qui s'est cogné la tête contre un radiateur. Elle est toujours hospitalisée ce mercredi à Rennes.

Une plainte déposée contre la mère

Une plainte a été déposée et fait l'objet d'une instruction par les services du procureur de la République de Rennes, indique France Bleu Armorique. Le recteur d'académie condamne avec fermeté cette agression "intolérable" et assure la cheffe d'établissement de la "profonde solidarité de toute la communauté académique".

Choqués, les enseignants ont annoncé sur place ce mercredi qu'ils n'assureraient pas leurs cours jeudi. Le directeur académique d'Ille-et-Vilaine et le conseiller du recteur pour les établissements et la vie scolaire ont rencontré ce mercredi matin les équipes éducatives afin de les accompagner dans "la préservation d'un climat scolaire serein".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.