Cet article date de plus de trois ans.

Gironde : un maire interdit le concert d'un groupe identitaire

Le maire, Jack Allais, a affirmé à France Bleu Gironde qu'il refusait que sa commune soit "marquée" par le rassemblement sur son territoire de groupes identitaires.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Carte de localisation de Saint-Quentin-de-Baron, en Gironde. (GOOGLEMAPS)

En Gironde, le maire de Saint-Quentin-de-Baron, commune de près de
2 230 habitants, a pris un arrêté pour interdire un concert de "rock nationaliste" dans un domaine privé, le domaine de Balestard, indique France Bleu Gironde vendredi 9 juin.

Un groupe de rock proche du Bloc identitaire

Le groupe In Mémoriam est censé s’y produire samedi, soutenu par une association bordelaise baptisée le Menhir et qui se revendique "patriote". Le groupe de rock In Mémoriam est proche du Bloc identitaire, groupuscule d’extrême-droite.

Il revient sur le devant de la scène, après plusieurs années en sommeil, précise France Bleu Gironde. Au moins une centaine de personnes ont déjà réservé leurs places. Des organisations anti-fascistes se mobilisent sur les réseaux sociaux pour dénoncer l'événement.

Un arrêté pour "risque de trouble à l’ordre public"

Le maire Jack Allais a pris sa décision par crainte de débordements, un arrêté pour "risque de trouble à l’ordre public", précise-t-il. "Je refuse que ma commune soit marquée par le rassemblement sur son territoire de groupes identitaires", a-t-il affirmé. "On n’a pas besoin en cette période, d’expression de radicalisation", a-t-il ajouté. Si l’arrêté n’est pas respecté, il compte sur la présence des gendarmes, en cas de problème.

Le propriétaire du domaine affirme de son côté tomber des nues. "Cette histoire, c’est du délire. Je n’ai jamais loué la salle à personne pour ce week-end. Et j’empêcherai quiconque de pénétrer chez moi", indique Michel Daumy. Les responsables de l’association "patriote" le Menhir qui organise le concert sont restées injoignables.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.