Gendarmes tués dans le Puy-de-Dôme : "Il faut leur rendre le vibrant hommage qu'ils méritent", réagit la porte-parole de la gendarmerie nationale

"Nous avions l'obligation de continuer la mission, c'était extrêmement important pour nous d'aller jusqu'au bout", explique Maddy Scheurer. L'auteur des coups de feu a été retrouvé mort mercredi matin.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Dans la nuit du mardi 22 au mercredi 23 décembre, 3 gendarmes ont été tués et un quatrième blessé par un forcené à Saint-Just dans le Puy-de-Dôme. (VICTOR VASSEUR / RADIOFRANCE)

La porte-parole de la gendarmerie nationale, la lieutenant-colonel Maddy Scheurer, a appelé mercredi 23 décembre sur franceinfo à rendre aux trois gendarmes morts au cours d'une intervention "le vibrant hommage qu'ils méritent parce qu'ils sont allés au bout de leur engagement". Ils sont décédés lors d'une opération pour des faits de violences familiales près de Saint-Just (Puy-de-Dôme).

"Trois camarades ont perdu la vie. Derrière, il y a trois familles qui vont être endeuillées", a commenté la porte-parole de la gendarmerie nationale. Les gendarmes sont "très touchés par ce qui s'est passé".

L'auteur des coups de feu retrouvé mort

Malgré l'émotion, "nous avions l'obligation de continuer la mission, c'était extrêmement important pour nous d'aller jusqu'au bout", a relaté Maddy Scheurer alors que l'auteur des coups de feu a été retrouvé mort mercredi matin et que la femme menacée a été mise en sécurité. Pour la porte-parole de la gendarmerie nationale, il n'y a pas d'intervention "anodine" quand on est gendarme. "On a, en tant que gendarme, en tête le décès de deux camarades féminines à Collobrières dans le Var en 2012. Alicia et Audrey ont perdu la vie en intervenant sur des violences intrafamiliales."

L'intervention à Saint-Just était "difficile", a expliqué Maddy Scheurer. "Il fait nuit. On est en zone rurale où il fait sombre et finalement, l'auteur présumé des violences conjugales tire sur les gendarmes." Maddy Scheurer poursuit : "Cette femme est sur le toit de la maison qui prend feu, tout est allé extrêmement vite". Les gendarmes qui sont intervenus ont "senti en face d'eux la détermination" du forcené, a assuré Maddy Scheurer.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.