Cet article date de plus de trois ans.

Foot : "Un dispositif de sécurité exceptionnel" pour le match Lyon-Besiktas

Suite à l'attaque du bus du Borussia Dortmund, en Allemagne, la rencontre entre l'Olympique Lyonnais et l'équipe de Besiktas de jeudi fera l'objet d'"un dispositif de sécurité exceptionnel" souligne Etienne Stoskopf, préfet du Rhône délégué pour la défense et la sécurité.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le bus du club de foot allemand Borussia Dortmund a été visé par une attaque à la bombe, le 11 avril 2017. (INA FASSBENDER / DPA / AFP)

Jeudi 13 avril à Lyon, l'Olympique Lyonnais va accueillir 15 000 à 20 000 supporters turcs pour le match contre l'équipe de Besiktas pour les quarts de finale aller de l'Europa League. Après l'attaque du bus du Borussia en Allemagne, le match a été classé en risque maximal. "C'est une rencontre sensible et c'est pour cela qu'on a mis en place un dispositif de sécurité exceptionnel", a expliqué jeudi sur franceinfo Etienne Stoskopf, préfet du Rhône délégué pour la défense et la sécurité. "On a durci le dispositif de protection des équipes, mais aussi des spectateurs."

750 policiers et gendarmes

Avec les six unités de CRS et de gendarmes mobiles qui sont arrivées en renforts, il y a aura "750 policiers et gendarmes déployés pour l'occasion". Mille stadiers vont fouiller et contrôler tous les spectateurs.

"Nous avons beaucoup de choses à prendre en compte, la menace terroriste, mais il y a aussi, plus banalement, les violences qui peuvent survenir entre supporters", a expliqué Etienne Stoskopf. Une collaboration avec la Turquie a été mise en place pour la surveillance du stade.

Les joueurs bénéficieront d'escortes et le parcours qu'ils vont emprunter sera très surveillé "pour qu'ils puissent rester à l'abri de toute action malveillante." Etienne Stoskopf recommande aux spectateurs "de venir tôt, et dans un esprit le plus positif et le plus tranquille pour assister à un beau spectacle."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.