EXCLU | Thalys : "Il m'a pointé avec son revolver" (contrôleur SNCF)

Deux jours après la fusillade dans le Thalys Amsterdam-Paris, un contrôleur du train a choisi France Info pour raconter son face-à-face avec le tireur.

(Le contrôleur SNCF qui s'est retrouvé face-à-face avec l'auteur présumé de l'attaque du Thalys témoigne en exclusivité sur France Info © MAXPPP)

Deux jours après la fusillade dans le Thalys Amsterdam-Paris, un contrôleur du train a choisi dimanche France Info pour témoigner. Michel Bruet, 54 ans, travaille sur les Thalys depuis 1998.Vendredi, lors de l'attaque du Thalys, il s'est retrouvé face-à-face avec le suspect armé :

"On a entendu un peu de vacarme, une porte qui bougeait. Je me suis levé pour aller voir ce qui se passait. Entre deux voitures, au niveau des toilettes, j'ai vu deux hommes en train de se battre. Au début je n'ai pas réagi, des bagarres ça arrive. Et puis j'ai vu qu''un homme avait une mitraillette autour du cou. "

"Je me suis mis au sol, il m'a pointé avec son revolver"

Le contrôleur entre alors en action, et se retrouve face-à-face avec le tireur : "*J'ai essayé de bouger, j'ai été projeté contre une porte. Et puis le voyageur qui a ouvert la porte des toilettes est parti vers la voiture 13. Je me suis retrouvé face-à-face avec l'individu, je me suis mis au sol, il m'a pointé avec son revolver, puis est rentré dans la voiture 12. Là, j'ai vu des personnes sauter sur lui, ça s'est passé très vite. Je ne savais pas que c'était des Américains, ou des soldats

" Quand je me suis relevé, l'homme était maîtrisé au sol, il y avait  du sang sur les parois, sur une table" , explique Michel Bruet. "Je me suis empressé de tirer le signal d'alarme, j'ai pris contact avec le conducteur pour lui dire ce qu'il se passait, j'ai appelé ma direction pour qu'on puisse prêter assistance aux blessés. L'homme étant maîtrisé, j'ai demandé des secours, le SMUR et la police.* "

Témoignage exclusif de Michel Bruet, le contrôleur SNCF qui a tiré le signal d'alarme lors de l'attaque du Thalys - avec Amaury Tremblay
--'--
--'--
Puis Michel Bruet tente de rassurer les voyageurs : "J'ai parcouru mon train, j'ai dit aux voyageurs qu'il ne fallait pas qu'ils s'inquiètent. Je n'ai pas divulgué d'information , je ne les ai surtout pas mis en panique. "

Michel Bruet "émet des doutes quant à sa montée en gare de Bruxelles Midi " :  "Est-ce qu'il n'est pas monté à Anvers, où il n'y a personne aux portes ? Je ne l'ai pas vu monter à Bruxelles-Midi, sauf s'il est passé dans notre dos, ce qui est tout à fait possible, on n'est pas infaillibles ."

"Je ne sais pas pourquoi Jean-Hugues Anglade a cette attitude vis-à-vis du personnel Thalys"

Quant aux critiques de Jean-Hugues Anglade, qui accuse le personnel Thalys d'avoir abandonné les voyageurs,  Michel Bruet dit ne pas les comprendre : "Je lui ai proposé de l'aide, il était en voiture n°11, l'incident était en voiture n°12, le mouvement de panique du personnel de restauration n'a pas grand chose à voir avec le personnel de contrôle. Je ne sais pas pourquoi M. Anglade à cette attitude vis-à-vis du personnel Thalys."

Dimanche, Michel Bruet n'a pas travaillé : "Je reprends normalement mercredi. Est-ce que j'aurai de l'appréhension quand je vais monter dans un train ? Je verrai bien. Moi, j'aime mon métier, je l'aime, ça fait 35 ans que je le fais. Je suis contrôleur, et je suis bien content."