Cet article date de plus de neuf ans.

Vidéo "Les policiers savaient que Redoine Faïd reprendrait contact avec sa famille"

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min.
Article rédigé par
France Télévisions

Audrey Goutard, spécialiste de la police et de la justice à la rédaction de France 2, explique que la police avait tendu "un filet" autour du braqueur en cavale et de ses proches pour l'attraper.

Sa cavale n'a duré qu'un mois et demi. Après sa spectaculaire évasion de la maison d'arrêt de Sequedin (Nord) le 13 avril, le braqueur Redoine Faïd a été interpellé, dans la nuit de mardi à mercredi 29 mai, dans un hôtel de Pontault-Combault (Seine-et-Marne).

Le truand avait à ses trousses les fins limiers de la Brigade nationale de recherche des fugitifs (BNRF), explique Audrey Goutard, spécialiste de la police et de la justice à la rédaction de France 2. Une unité dont elle avait décrit les méthodes sur son blog Enquête en cours. 

"Une cavale, c'est compliqué. Ça coûte cher. Il faut l'organiser. On est loin de ses proches, de sa famille. Et ça, les policiers le savent", relève la journaliste. "C'est pour ça qu'ils avaient tendu autour de Redoine Faïd, et autour de ses proches surtout, un filet avec de la vidéosurveillance, de la surveillance, des écoutes téléphoniques, poursuit la grand reporter, parce qu'ils savaient qu'à un moment donné, Redoine Faïd reprendrait contact avec sa famille."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.