Cet article date de plus d'un an.

Le plan Alerte enlèvement déclenché pour retrouver Vanille, 1 an, enlevée à Angers

Sa mère a été retrouvée par les autorités dans un hôtel de Nantes (Loire-Atlantique), dimanche matin.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Samedi 8 février au soir, une alerte enlèvement a été déclenchée pour une enfant de 1 an, Vanille. Sa mère a été retrouvée, mais sans la petite fille. (FRANCE 3)

La petite Vanille, âgée de 1 an, a disparu à Angers (Maine-et-Loire). Selon le message diffusé samedi soir par le ministère de la Justice, sa mère, Nathalie Stéphan, est soupçonnée de l'avoir enlevée vendredi, "vers 17h30". Elle aurait dû ramener le bébé dans un foyer vendredi en milieu d'après-midi, précise la police à franceinfo.

La mère a été interpellée dimanche 9 février par les autorités dans un hôtel de Nantes (Loire-Atlantique). Elle "a d'abord été mutique et puis ensuite elle nous a désigné des endroits où elle aurait pu laisser sa fille, à Angers", a indiqué le procureur de la République lors d'une conférence de presse. Elle a été placée en garde à vue pour "soustraction de mineur par ascendant". La fillette est toujours introuvable.

La femme, âgée de 40 ans, est connue pour avoir une certaine fragilité psychologique, selon le procureur d'Angers. La petite fille est décrite par le parquet comme étant "métisse, mesurant 1 m, yeux noirs, cheveux couleur brun foncé, courts et frisés."

Si vous localisez l'enfant ou le suspect, n'intervenez pas vous-même, appelez immédiatement le 197, ou envoyez un courriel à l'adresse suivante : alerte.enlevement@interieur.gouv.fr.

Des critères précis pour le déclenchement de l'alerte

L'alerte enlèvement est un dispositif d'exception qui repose sur plusieurs critères très précis. D'abord, il s'agit d'un enlèvement avéré, pas d'une fugue. Ensuite, la victime est obligatoirement mineure. Autre critère : sa vie peut être mise en danger. Enfin, des éléments concrets permettent la localisation. Si ces quatre conditions ne sont pas réunies, l'alerte enlèvement n'est pas déclenchée. Dans le cas de l'affaire Maëlys, disparue lors d'un mariage, les autorités avaient par exemple estimé que tous ces critères n'étaient pas remplis.

Le dispositif existe en France depuis février 2006. Il consiste à lancer une alerte massive pour mobiliser la population dans la recherche de l'enfant enlevé et de son ravisseur. Il avait été utilisé pour la dernière fois en mai 2019 pour un petit garçon de 2 ans, Osnachi, victime d'un rapt en plein centre de Marseille. Il avait été retrouvé sain et sauf quelques heures plus tard dans un hôtel de Valence (Drôme) avec l'homme qui l'avait enlevé.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.