Enlèvement de la petite Mia : Rémy Daillet-Wiedemann interpellé à son arrivée sur le sol français

Le Français de 54 ans est soupçonné d'être l'"animateur" présumé de la "mouvance" anti-système des ravisseurs à l'origine du rapt.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Rémy Daillet lors d'une action en tant que président du MoDem de la Haute-Garonne, le 9 février 2009, devant l'usine Molex de Villemur-sur-Tarn. (PARA STEPHANIE/SIPA)

Aussitôt arrivé, aussitôt arrêté. Rémy Daillet-Wiedemann, figure des milieux complotistes, a été interpellé, mercredi 16 juin, à l'aéroport de Roissy, où il a atterri au petit matin avec sa famille, en provenance de Singapour. Soupçonné d'être impliqué dans l'enlèvement de la petite Mia, en avril, dans les Vosges, le quinquagénaire a subi une visite médicale, qui a conclu à "l'absence de difficulté", selon le parquet de Nancy. Le suspect doit désormais être présenté à des juges d'instruction, dans l'après-midi, à Nancy, en vue d'une éventuelle mise en examen.

Arrêtés en Malaisie fin mai, où ils résidaient, Rémy Daillet-Wiedemann, sa compagne enceinte et ses trois enfants de 2, 9 et 17 ans avaient embarqué mardi soir à Singapour. Il faisait l'objet d'un mandat d'arrêt international émis dans le cadre de l'enquête sur l'enlèvement de Mia, âgée de 8 ans. L'enfant avait été retrouvée, quelques jours plus tard, en Suisse, avec sa mère, qui n'en avait plus la garde.

Le Français de 54 ans est soupçonné, selon le parquet de Nancy, d'être l'"animateur" présumé de la "mouvance" anti-système des ravisseurs à l'origine du rapt. Son visa ayant expiré, la Malaisie avait procédé à son expulsion vers la France, mais celle-ci avait été interrompue, dimanche, lors de leur escale à Singapour, où la compagne de Rémy Daillet-Wiedemann, Léonie Bardet, avait été hospitalisée.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Enlèvement de Mia

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.