Enlèvement d'un nourrisson à Toulouse : le bébé a été retrouvé vivant

Ce petit garçon de deux mois avait été enlevé par son père, dans un hôpital de Toulouse, vendredi.

L\'hôpital Purpan de Toulouse.
L'hôpital Purpan de Toulouse. (REMY GABALDA / AFP)

Tizio, un nourrisson de deux mois enlevé vendredi 5 janvier dans un hôpital de Toulouse, a été retrouvé vivant dans la commune de Belcaire, dans l'Aude, samedi à 20h55. Le père de l'enfant, ainsi que son oncle, ont été placés en garde à vue.

Les forces de l'ordre ont été averties par un gendarme au repos, qui a repéré la voiture du père dont le signalement et l'immatriculation avaient été donnés dans l'alerte enlèvement du parquet de Toulouse. 

Le bébé se trouvait dans une résidence familiale du père du nourrisson. Le SAMU a été envoyé sur place pour prendre en charge l'enfant dont l'état de santé "n'est pas préoccupant", selon le procureur de Toulouse.

Alerte enlèvement levée

La procédure d'alerte enlèvement qui avait été déclenchée dans la matinée du samedi par le parquet de Toulouse (Haute-Garonne) après ce kidnapping, a été levée dans la soirée. L'enfant a été enlevé alors qu'il se trouvait à l'hôpital Purpan de Toulouse. Le petit garçon était alimenté par sondes gastriques et voies intraveineuses. 

Anne Ferrer, directrice générale adjointe du CHU de Toulouse, avait par ailleurs adressé à la mi-journée un message au père du bébé. "Je souhaite m'adresser à Brendan, le papa de Tizio. Lui rappeler la gravité de l'état de son fils, que ses jours sont en danger et l'impérieuse nécessité de ramener son petit garçon dans le service d'urgence le plus proche" du lieu où il se trouve, avait-t-elle déclaré. 

Le père de l'enfant, dont le casier judiciaire était vierge, était séparé de la mère de Tizio, mais le couple n'avait a priori aucun problème et s'entendait bien.

Un dispositif efficace

Depuis la mise en place de l'alerte enlèvement, en 2006, ce dispositif a quasiment toujours été couronné de succès, avec des enfants retrouvés en quelques heures seulement. Il a été déclenché 22 fois, avec la diffusion de messages d'alerte sur plusieurs canaux : les principaux médias, les grandes entreprises de transport de voyageurs, les sociétés d'autoroutes, les ports, les aéroports et les associations de victimes.

La seule affaire où l'alerte enlèvement a été levée sans que les forces de l'ordre n'aient retrouvé l'enfant disparu, est celle de Vicente. Enlevé par son père en mars 2017, le garçon avait été retrouvé deux mois plus tard.