Effondrement d'immeubles à Marseille : "La responsabilité pénale de la municipalité est engagée", estime le DAL

Jean-Baptiste Eyraud, porte-parole et fondateur de l'association Droit au logement, a estimé, jeudi sur franceinfo, qu'il y a eu une "défaillance" de la part de la municipalité après l'effondrement d'immeubles à Marseille (Bouches-du-Rhône).

Vue sur deux immeubles effondrés à Marseille (Bouches-du-Rhône), le 6 novembre 2018.
Vue sur deux immeubles effondrés à Marseille (Bouches-du-Rhône), le 6 novembre 2018. (EMIN AKYEL / AFP)

Le porte-parole et fondateur de l'association Droit au logement (DAL) rappelle, jeudi 8 novembre sur franceinfo, que "dans la loi française, c'est au maire de surveiller le bon état des immeubles et de protéger les habitants." Après l'effondrement de trois immeubles à Marseille, Jean-Baptiste Eyraud a estimé que "c'est de la responsabilité du maire" et que "la responsabilité pénale de la municipalité est engagée parce que c'est la loi".

Le maire de Marseille Jean-Claude Gaudin est sur la défensive. On lui reproche son absence cette semaine dans le quartier de Noailles pour soutenir les habitants et son manque d'action contre les immeubles insalubres. Pour Jean-Baptiste Eyraud, "il y a eu défaillance. C'est très clair. Le maire a tous les pouvoirs en matière de surveillance des périls. Il prend un arrêté de péril, il ordonne des travaux. Si des travaux ne sont pas réalisés, même dans les 12 heures s'il y a nécessité, la mairie doit se substituer au propriétaire. Les travaux doivent être réalisés à tout prix".

On demande le relogement de toutes les personnes qui ont été évacuées et le relogement dans le quartier parce qu'ils veulent rester dans leur quartier.Jean-Baptiste Eyraudà franceinfo

Le ministre du Logement, Julien Denormandie, avait déjà promis à plusieurs reprises avant le drame de Marseille une "guerre sans relâche" contre les marchands de sommeil, des sanctions plus fortes sont notamment prévues dans le cadre de la loi Elan sur le logement. "Réprimons les marchands de sommeil d'accord, mais je ne pense pas que ça soit suffisant pour les empêcher et pour empêcher qu'il y ait des personnes qui soient victimes des marchands de sommeil parce qu'elles n'ont pas d'autres solutions pour se loger", a expliqué le porte-parole du DAL.

Deux immeubles voisins de ceux qui se sont effondrés lundi dans le quartier de la Noailles vont être démolis jeudi, car ils risquent de s'effondrer. Cette opération qui a contraint les secours à suspendre les recherches d'éventuelles victimes.