Marseille : les secours suspendent pendant environ 24 heures les recherches d'éventuelles victimes pour détruire deux immeubles voisins des bâtiments effondrés

Six corps, ceux de quatre hommes et de deux femmes, ont été extraits des décombres des immeubles qui se sont écroulés lundi dans le centre de Marseille.

Les sauveteurs s\'activent sous les décombres des immeubles effondrés à Marseille, le 5 novembre 2018.
Les sauveteurs s'activent sous les décombres des immeubles effondrés à Marseille, le 5 novembre 2018. (LOIC AEDO/ AFP)
Ce qu'il faut savoir

Les secours vont suspendre pendant environ 24 heures les recherches engagées pour retrouver d'éventuels victimes ou survivants sous les décombres des immeubles qui se sont effondrés lundi, le temps de "déconstruire" deux bâtiments voisins qui menacent de s'effondrer à leur tour, annonce Pierre Dartout, préfet de la région Provence-Alpes-Côte-d'Azur, dans la soirée du mercredi 7 novembre. "Une pelleteuse va enlever morceau par morceau le numéro 69, et les étages supérieurs du numéro 71", a déclaré le préfet, évoquant une décision "toujours difficile à prendre". 

Six corps découverts sous les décombres. Les corps de quatre hommes et deux femmes ont déjà été retrouvés dans les gravats depuis mardi matin. Parmi ces victimes, trois ont été identifiées comme étant des locataires du 65 rue d'Aubagne, le seul des trois immeubles écroulés qui était officiellement habité au moment de la catastrophe, a précisé le procureur. Les autorités considèrent que deux autres personnes pourraient avoir été ensevelies également. Le procureur a annoncé, lors d'une conférence de presse, que "les causes de l'effondrement des immeubles ne sont pas établies" et qu'il était "en l'état", "prématuré d'imputer des responsabilités pénales".  

L'espoir de retrouver des survivants de plus en plus mince. Plus de 48 heures après l'effondrement des deux premiers immeubles, aux 63 et 65 de la rue, l'espoir de retrouver des survivants est de plus en plus faible. "Très, très vraisemblablement cinq personnes", ainsi que "trois visiteurs", se trouvaient au 65 rue d'Aubagne, avait précisé le procureur mardi soir. Deux personnes pourraient donc encore se trouver sous les décombres.

La crainte d'"un effet domino". Les secouristes craignent désormais "un effet domino" dramatique rue d'Aubagne, une voie en pente du quartier très populaire de Noailles, "où les immeubles sont appuyés les uns sur les autres, en épi", comme l'a expliqué mardi matin un marin-pompier de Marseille à l'AFP.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #MARSEILLE

23h55 : #balancetontaudis il faut arreter de subir ce laxisme de la mairie et de l'état

23h55 : Le journal La Marseillaise lance une enquête citoyenne pour un état des lieux de l'habitat indigne à Marseille. À l'issue de cette enquête participative, toutes les données recoupées seront mises en forme, publiées et feront l'objet d'un débat au siège du journal entre toutes les parties. "Chacun peut par ailleurs livrer un témoignage sur les réseaux sociaux en utilisant le mot-dièse #BALANCETONTAUDIS que la Marseillaise publiera dans ses pages", précise le quotidien.

22h35 : Selon France 3 Provence Alpes, 140 personnes concernées par la destruction des immeubles rue d'Aubagne. Elles sont depuis deux jours à l’hôtel par précaution et ne pourront donc pas venir récupérer leurs affaires.

22h25 : L'opération, très délicate, de déconstruction des immeubles, débutera dans quelques minutes, à 22h30. Auparavant, une cinquantaine de personnes se sont rassemblées devant la rue d’Aubagne. Ils protestent contre la politique menée par la Ville et réclament toute la transparence sur ce drame.

22h18 : Six corps, ceux de quatre hommes et de deux femmes, ont été extraits des décombres des immeubles qui se sont écroulés lundi dans le centre de Marseille au 63 et 65 puis au 67 de la rue d'Aubagne. Les autorités considèrent que deux autres personnes pourraient avoir été ensevelies également.

22h17 : "Une pelleteuse va enlever morceau par morceau le n°69, et les étages supérieurs du n°71", a déclaré lors d'un point presse Pierre Dartout, préfet de la région Provence-Alpes-Côte-d'Azur et des Bouches-du-Rhône. Pierre Dartout a évoqué une décision "difficile à prendre".

22h12 : Les secours suspendent pendant environ 24 heures les recherches sous les décombres des immeubles qui se sont effondrés lundi, le temps de "déconstruire" deux bâtiments voisins qui menacent de s'effondrer à leur tour.

18h57 : "Les responsabilités sont collectives, personne n'est en train de se dédouaner."

L'adjointe au maire de Marseille chargée du logement, de la politique de la ville et de la rénovation urbaine, interrogée par franceinfo, revient sur l'effondrement des immeubles qui a fait au moins six morts. L'adjointe rappelle que les interventions "sont contraintes et encadrées par la loi, qui nous a muselés dans des procédures".

17h30 : "En l'état, il est prématuré d'imputer des responsabilités pénales", ajoute le procureur de la République.

17h27 : "A ce stade, les causes de l'effondrement des immeubles ne sont pas établies", annonce le procureur de la République au sujet de l’effondrement des trois immeubles à Marseille.

16h38 : Les habitants de Marseille s'interrogent après l'effondrement de bâtiments dans la rue d'Aubagne. Parmi les trois immeubles à terre, le 63 était "fermé et muré", selon la mairie, qui l'avait racheté après avoir pris un arrêté de péril en 2008. Que sont ces arrêtés de péril et quelles sont les obligations en la matière ? Eléments de réponse dans notre article.




(EMIN AKYEL / AFP)

13h36 : "Je ne me suis pas dit que ça allait s'effondrer, mais que ça sentait mauvais", témoigne une miraculée après le drame de Marseille. Cette étudiante de 25 ans, locataire d'un studio au 5e étage de l'immeuble situé au 65 rue d'Aubagne, est désormais remontée contre le syndic : "Ils ont tué mes voisins. C'est juste une évidence. J'espère que justice sera faite."

(FRANCE 2)

13h14 : Un sixième corps, celui d'un homme, a été découvert à la mi-journée dans les décombres des immeubles qui se sont effondrés lundi à Marseille. Auparavant, les corps de trois autres hommes et deux femmes avaient déjà été retrouvés dans les gravats par les secours. Parmi ces victimes, trois ont été identifiées comme étant des locataires du 65 rue d'Aubagne.

12h26 : Un sixième corps a été découvert sous les décombres des immeubles à Marseille, annonce le procureur de la République.