Double meurtre dans les Cévennes : quatrième jour de traque, le fugitif toujours introuvable

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min.
Double meurtre dans les Cévennes : quatrième jour de traque, le fugitif toujours introuvable
France 2
Article rédigé par
H.Puffeney, V.Gaglione, A.Lay, S.Thomas, F.Mazou, F.Cerulli, H.Smague, A.Guiraud, J-C.Lambard - France 2
France Télévisions

La traque de Valentin Marcone se poursuit dans les Cévennes, vendredi 14 mai. Malgré des renforts arrivés dans la nuit et trois jours de traque, le fugitif reste introuvable. L'inquiétude grandit dans le village des Plantiers (Gard).

Barrages routiers, fouilles des véhicules, et de nouveaux renforts, arrivés dans la nuit du jeudi 13 au vendredi 14 mai : pour les 350 gendarmes mobilisés, la traque de Valentin Marcone se poursuit. Les recherches se concentrent dans un périmètre mouvant de 15 kilomètres carrés, à proximité de la scierie où a eu lieu le double meurtre, mardi 11 mai. Un appel à témoins a été lancé, tandis que les gendarmes diffusent dans les forêts, avec des mégaphones, un message audio du père du suspect

Des villageois très inquiets 

Les enquêteurs étudient par ailleurs le profil psychologique de Valentin Marcone, en vue d'une éventuelle négociation. "Le profilage sert à se dire : nous allons arriver au contact d'un individu, cet individu peut-être a envie de se rendre, il ne faut pas se rater dans les premiers mots qu'on va employer, parce que c'est ceux qui vont peut-être faire basculer la situation", explique Antony Couzian-Marchand, ancien commandant second du GIGN (Groupement d'intervention de la Gendarmerie nationale). 

Dans le village, l'inquiétude grandit.  "Il y a des volets clos dans les hameaux alors que les gens sont bien à l'intérieur des maisons, et certains nous disent même que le fusil est à portée de main", rapporte le journaliste Sébastien Thomas, journaliste France Télévisions, en duplex depuis Les Plantiers (Gard). 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.