Rapport de l'IGPN sur la mort de Steve : l'opposition demande des comptes au gouvernement

Les élus d'opposition, de droite comme de gauche, réagissent après la présentation, mardi 30 juillet, des conclusions du rapport de l'IGPN sur l'opération de police controversée, le soir de la Fête de la musique à Nantes.

Le prénom Steve écrit avec des bougies, au pied de la fontaine de la Place Royale à Nantes, le 30 juillet 2019.
Le prénom Steve écrit avec des bougies, au pied de la fontaine de la Place Royale à Nantes, le 30 juillet 2019. (LOIC VENANCE / AFP)

La mort de Steve Maia Caniço fait réagir au sein de l'opposition."Personne ne devrait trouver la mort dans un tel événément", a jugé mardi 30 juillet sur franceinfo le député LR Julien Aubert. "Nous devons interroger la doctrine de maintien de l'ordre dans notre pays", a affirmé de son côté Boris Vallaud, député des Landes et porte-parole du Parti socialiste. 

Tous les deux réagissaient, comme plusieurs autres élus d'opposition, à la présentation du rapport de l'IGPN sur l'opération de police controversée du 21 juin à Nantes. C'est au cours de cette soirée que plusieurs personnes sont tombées dans la Loire, dont Steve Maia Caniço : son corps a été retrouvé lundi 29 juillet, et identifié le lendemain. D'après Édouard Philippe, le rapport de l'IGPN n'établit pas de lien "entre l'intervention de la police et la disparition" de Steve. 

La France insoumise réclame une commission d'enquête parlementaire

Eric Coquerel, député La France insoumise de Seine-Saint-Denis dénonce, au micro de France Inter, cette enquête de l'IGPN : "On attendait pas autre chose que le fait qu'elle dédouane l'action de la police, comme elle le fait maintenant depuis des mois à chaque fois qu'il y a une mise en question de celle-ci." Le député insoumis dénonce également "un climat autoritaire" aujourd'hui en France.

Le PCF estime qu'Édouard Philippe "n'est pas digne"

"L'attitude du Premier ministre dans cette affaire n'est pas digne", a réagi sur franceinfo Ian Brossat, porte-parole du PCF, et adjoint à la mairie de Paris en charge du logement.

Le gouvernement a mis énormément de temps à réagir à cette affaire, tout cela pour, au final, ne rien dire. C'est inquiétantIan Brossat, porte-parole du PCFà franceinfo

"On attend autre chose de l'Etat que d'essayer, de manière minable, de rejeter la responsabilité sur la mairie qui n'est pour rien dans cette affaire", ajoute Ian Brossat.

Le PS demande que "toute la lumière soit faite"

Invité sur franceinfo mardi, Boris Vallaud, député des Landes, porte-parole du Parti socialiste, dénonce l'opacité qui entoure cette affaire.

La question demeure entière : que s'est-il passé ce jour-là ? Quelles sont les responsabilités ? Nous demandons tous que la lumière soit faite sur cette affaire, en toute transparence, nous avons besoin de savoirBoris Vallaud, porte-parole du PSà franceinfo

"C'est un jeune qui ressemble à tellement d'autres jeunes français... Un jeune travailleur social qui va à la Fête de la musique et qui ne revient pas, c'est une affaire tragique", a dénoncé Boris Vallaud. 

Les Républicains veulent un responsable

"Pourquoi on a laissé organiser ce type de festival en bordure de fleuve ?", a lancé de son côté Julien Aubert, invité également de franceinfo. Le député du Vaucluse, secrétaire général adjoint des LR et candidat à la présidence du parti, exige qu'une responsabilité soit "endossée". 

On ne peut pas sortir de cette affaire, en disant que ce n'est de la faute de personneJulien Aubert, secrétaire général adjoint LRà franceinfo

"Je souhaite que toute la lumière soit faite sur les forces de police qui ont bien besoin qu'on les soutienne, compte tenu des difficultés de leur métier. Mais on ne peut pas non plus considérer comme anodin que quelqu'un qui est venu fêter la Fête de la musique puisse trouver la mort. Personne ne devrait trouver la mort dans un tel événément", a précisé Julien Aubert.

Le RN considère que Christophe Castaner est "dépassé"

Du côté du Rassemblement national, le porte-parole du parti, Sébastien Chenu voit dans cette affaire un aveu de faiblesse du ministre de l'Intérieur Christophe Castaner.

Nous voyons simplement que le ministre de l'Intérieur et sa stratégie, ou plutôt son absence de stratégie en ce qui concerne le maintien de l'ordre, que ce soit lors des manifestations de gilets jaunes ou pendant cette Fête de la musique (...) semblent complètement dépassés par les évènements.Sébastien Chenu, porte-parole du RN

Il ajoute que le fait que "le Premier ministre s'engage à la transparence" dans cette affaire, "c'est le minimum"