Procès de Nordahl Lelandais : "Qu’il vide son sac, qu’il avoue", l’appel de la mère d’Adrien Fiorello

La mère d’Adrien Fiorello espère que Nordahl Lelandais va dévoiler son implication dans d’autres affaires et notamment celle de son fils, disparu à Chambéry en 2010.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le box des accusés de la cour d'assises de Savoie au palais de justice de Chambéry, le 21 avril 2021. (CHRISTOPHE VAN VEEN / FRANCE-BLEU PAYS DE SAVOIE)

"Qu’il vide son sac, qu’il avoue", la mère d’Adrien Fiorello, un jeune homme de 22 ans disparu à Chambéry en 2010, espère avec l’ouverture du procès devant la Cour d’assises de Savoie lundi 3 mai que Nordahl Lelandais va dévoiler son implication dans d’autres affaires et notamment celle de son fils. La mère d’Adrien Fiorello témoigne sur France Bleu Saint-Etienne Loire alors que Nordahl Lelandais est jugé à partir de lundi pour le meurtre du caporal Arthur Noyer, 23 ans.

>> DIRECT. Suivez la première journée du procès de Nordahl Lelandais pour le meurtre d'Arthur Noyer

Pour Marie-France Fiorello ce procès "est encore une souffrance qui s'ajoute". Elle espère vraiment que ce premier procès de Nordahl Lelandais, va lui permettre de se livrer. Elle voit là, la possibilité, de se rapprocher de la vérité quant à la disparition de son fils : "C'est vraiment stressant, depuis trois ans, de suivre cette affaire en sachant que peut être votre enfant est passé dans ses mains", poursuit-elle. Selon Marie-France Fiorello, Nordahl Lelandais, "est un prédateur qui ne parle pas, qui se tait, qui s'emmure dans son silence. Pour les familles, c'est terrible", mais elle veut "qu'il vide son sac".

"Qu'il dise toutes les choses, qu'il n'attende pas qu'on lui mette des preuves sous le nez. Enfin qu'il avoue."

La mère d'Adrien Fiorello

à franceinfo

"Lelandais a ouvert une porte supplémentaire pour effectuer des recherches", sur la disparition de son fils, "comme pour d'autres disparus de la région", mais "je ne sais pas si tout est terminé. La seule chose que je peux affirmer c'est qu'aujourd'hui et je n'ai aucune accusation contre lui. Après, nous ne sommes jamais à l'abri de rebondissements de l'enquête. C'est pour ça que nous allons bien suivre ce procès et en espérant enfin savoir", confie Marie-France Fiorello à France Bleu.

L’implication de l’ancien maître-chien est suspectée dans 14 affaires dont celle d'Adrien Fiorello, le jeune étudiant en droit de 22 ans originaire de Firminy disparu le 6 octobre 2010. Une cellule spécialisée baptisée Ariane a été créée en janvier 2018 pour tenter de recouper les affaires non élucidées et le parcours du tueur présumé.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.