Nordahl Lelandais : la cellule Ariane a déjà analysé plus de 800 dossiers, il en reste "120 en cours d'étude"

Une cellule dédiée a été créée en janvier 2018 pour vérifier si Nordahl Lelandais a un lien ou non avec quelque 900 affaires de disparitions ou d'homicides non résolus. 

Nordahl Lelandais (ici sur une photo publiée sur son compte Facebook) est le principal suspect dans la disparition de Maëlys et l\'assassinat d\'Arthur Noyer.
Nordahl Lelandais (ici sur une photo publiée sur son compte Facebook) est le principal suspect dans la disparition de Maëlys et l'assassinat d'Arthur Noyer. (FACEBOOK)

Douze enquêteurs travaillent à temps plein sur l’affaire Maëlys, un an après sa disparition lors d’un mariage à Pont-de-Beauvoisin en Isère, le 27 août 2017. Nordahl Lelandais a avoué l'avoir tué "accidentellement", cinq mois et demi après.

Quatre à cinq enquêteurs travaillent également à temps plein sur l'assassinat du jeune caporale Arthur Noyer qui avait disparu dans la nuit du 11 au 12 avril 2017, à côté de Chambéry (Savoie). Fin mars, Nordahl Lelandais a avoué le meurtre du jeune militaire du 13e bataillon de chasseurs alpins.

Une cellule dédiée à 900 affaires

À ces enquêteurs, il faut ajouter la cellule Ariane installée à Pontoise (Val-d’Oise), créée en janvier 2018 pour "s’assurer que Nordahl Lelandais n’a pas pu être impliqué dans un autre dossier", a expliqué à franceinfo le colonel Marc de Tarlé du bureau PJ de la gendarmerie nationale. "C’est un travail énorme", a-t-il ajouté. La cellule Ariane doit analyser "900 dossiers". Actuellement, "il reste 120 dossiers en cours d’étude. Quelques-uns ont donné lieu à des vérifications complémentaires", a assuré Marc de Tarlé.

Cette cellule a pour but de répondre aux questions des familles Le colonel Marc de Tarléà franceinfo

Il faut encore un mois ou deux pour venir à bout de l'ensemble des dossiers. Les cas d'homicides non résolus ou de disparitions inquiétantes situés dans un environnement proche géographiquement de Nordahl Lelandais, sont "traités prioritairement". Cette cellule de sept gendarmes a pour but de s’assurer que l’ancien maître-chien de 35 ans n’est pas impliqué "dans des cas d’homicides non résolus à ce jour ou des cas de disparitions inquiétantes", a poursuivi le colonel.

Un travail en trois étapes 

Cette cellule, basée au pôle judiciaire de la gendarmerie nationale à Pontoise, travaille en trois étapes : "Dans un premier temps, elle va recenser un certains nombres de faits par rapport aux zones d’actions potentielles de Nordahl Lelandais sur une période d’une quinzaine d’années", et cela sur environ une vingtaine de départements.

Ensuite, "dans un deuxième temps, on va se poser la question pour chacun de ces dossiers si Nordahl Lelandais a pu ou non être impliqué, et ce dans le respect de la présomption d’innocence. Et là, on va confronter une coïncidence de présence avec des données un peu plus précises tirées d’un parcours de vie effectué sur l’intéressé. On va écarter de très nombreux dossiers, mais à un moment donné, ce dossier-là, vous allez vous dire, on ne peut pas l’écarter donc la question il faut continuer à se la poser."

La piste Lelandais écartée dans de nombreux dossiers

La cellule Ariane va prendre attache avec le service d’enquête qui est en charge de la disparition inquiétante ou de l’homicide non résolu. Là, un certain nombre de dossiers vont être écartés pour diverses raisons. Mais, et c'est le troisième temps, "dès lors que la question continue de se poser, cela ne fait pas de Nordahl Lelandais un auteur", mais les gendarmes poursuivent leur enquête et prennent alors contact avec le magistrat en charge des dossiers Lelandais.  

Les données récoltées sont ensuite intégrées au logiciel AnaCrim qui permet de croiser différentes données. Avec cette méthode, plusieurs affaires ont déjà été écartées comme la disparition d'Estelle Mouzin en janvier 2003 à Guermantes (Seine-et-Marne). Nordahl Lelandais n'était pas dans le secteur au moment où la fillette de 9 ans s'est volatilisée.