Mort de Maëlys : Nordahl Lelandais désigne un nouveau lieu

Que s'est-il passé sur le parking d'une zone commerciale située entre Pont-de-Beauvoisin (Isère) et le domicile de Nordahl Lelandais ? Dans la nuit du 24 au 25 septembre, lors de la reconstitution, les enquêteurs ont effectué une longue halte sur ce lieu, qui n'a pourtant jamais été évoqué au cours des investigations.

FRANCE 3

Dans la nuit du 24 au 25 septembre, les enquêteurs qui participaient à la reconsitution du meurtre de Maëlys se sont longuement arrêtés dans la zone commerciale de Pont-de-Beauvoisin (Isère), suivant les indications de Nordahl Lelandais. La reconstitution avait débuté à la salle des fêtes de Pont-de-Beauvoisin, à l'endroit exact où Maëlys a été vue pour la dernière fois. Peu après 20 heures, dans un véhicule de gendarmerie, Nordahl Lelandais est transporté sur les lieux. L'objectif des enquêteurs est de confronter le récit du suspect aux réalités matérielles de l'enquête.  

Près de sept heures de reconstitution

C'est un moment particulièrement douloureux pour les parents de Maëlys, qui font face au potentiel meurtrier de leur petite fille. "Notre objectif est d'assurer une parfaite sérénité pour les familles présentes. C'est un moment important", indique le colonel Yves Marzin, commandant du groupement départemental de la gendarmerie de l'Isère. Comme la nuit du drame, le convoi a rejoint le domicile de Nordahl Lelandais, situé dans la commune de Domessin (Savoie). La fillette a-t-elle été tuée par accident comme l'affirme le principal suspect ? Les enquêteurs le conduisent dans la région de Saint-Franc, à l'endroit où le corps de la victime a été retrouvé. la reconstitution s'est terminée vres 3 heures du matin. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Un convoi de policiers à Pont-de-Beauvoisin (Isère), pendant la reconstitution de la nuit du meurtre de la petite Maëlys, le 24 septembre 2018.
Un convoi de policiers à Pont-de-Beauvoisin (Isère), pendant la reconstitution de la nuit du meurtre de la petite Maëlys, le 24 septembre 2018. (JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP)