"Trente ans enfermé, c'est ce qu'il mérite" : plaide l'avocat de Nordahl Lelandais, avant la suspension de l'audience

Le verdict est attendu vendredi, après trois semaines d'un procès intense devant la cour d'assises de l'Isère, à Grenoble. 

L\'avocat Alain Jakubowicz lors du procès de Nordahl Lelandais, le 17 février 2022 à Grenoble (Isère).
L'avocat Alain Jakubowicz lors du procès de Nordahl Lelandais, le 17 février 2022 à Grenoble (Isère). (ELIZABETH DE POURQUERY / FRANCE TELEVISIONS)
Ce qu'il faut savoir

Après les réquisitions du procureur, au tour de la défense. "Trente ans, essayez de vous projeter dans trente ans. Imaginez-vous dans trente ans. Trente ans de prison. Trente ans enfermé. C'est ce qu'il mérite. Et il le sait", a plaidé Alain Jakubowicz, l'avocat de Nordahl Lelandais, jeudi 17 février, avant la suspension de l'audience. L'ancien maître-chien est jugé depuis le 31 janvier par la cour d'assises de l'Isère pour le meurtre de Maëlys de Araujo, précédé d'enlèvement et séquestration, ainsi que pour des agressions sexuelles contre deux cousines de 4 et 6 ans, au cours de l'été 2017. Ce direct est maintenant terminé.

Perpétuité requise pour la mort de Maëlys. Après 13 jours d'audience, l'avocat général Jacques Dallest a livré son réquisitoire : il requiert la réclusion criminelle à perpétuité contre l'accusé de 38 ans, avec une période de sûreté de 22 ans. 

 "Evidemment que le mobile est sexuel !" Dans son réquisitoire, l'avocat général est revenu sur les motivations de Nordahl Lelandais lorsqu'il a enlevé la fillette. "Evidemment le mobile est sexuel", a-t-il lancé, ajoutant avoir "la conviction qu'un geste sexuel a été imposé à Maëlys, attouchements ou pénétration". 

 "Un menteur permanent". "Qu'est-ce qu'on sait de Nordahl Lelandais ? Que c'est un menteur permanent et qu'il ne reconnaît que ce qu'on lui met sous les yeux", a tancé Jacques Dallest dans son réquisitoire. "Il n'a parlé qu'à chaque fois qu'un élément de preuve lui a été présenté. Il a seulement permis que l'on retrouve les restes de Maëlys", a-t-il ajouté. 

 Un portrait sombre. "Un criminel dangereux", "un prédateur sexuel", "un médiocre", "un pédophile"... Dans leurs plaidoiries, les avocats des parties civiles ont choisi des qualificatifs forts pour dépeindre l'accusé, reprenant parfois les termes des experts psychiatres qui ont défilé à la barre lundi et mardi. "On va se quitter sur le mystère de Nordahl Lelandais. Je l'ai ressenti très absent de son procès, pourtant c'était son procès. Il avait une opportunité formidable de s'exprimer, il l'a ratée", a lancé Yves Crespin, avocat de deux associations de protection de l'enfance, qui a ouvert les plaidoiries mercredi.

 Un hommage à la famille de Maëlys. Fabien Rajon, qui représente la mère et la sœur de la fillette, a parlé deux heures durant, saluant le courage et la dignité de Colleen, l'aînée de Maëlys. En fin de plaidoirie, il a longuement décrit la longue nuit de la disparition en août 2017 et les "cauchemars" qui hantent Jennifer de Araujo depuis lors. L'avocat a réaffirmé que si Nordahl Lelandais n'est pas poursuivi pour le viol de Maëlys dans le cadre de ce procès faute de "preuve incontestable", le "mobile sexuel est pour [lui] une évidence".

 Des aveux mais pas de mobile. Poussé dans ses retranchements au fil des trois semaines de débats, Nordahl Lelandais a admis avoir des penchants pédocriminels vis-à-vis de ses cousines. Dans un revirement inattendu, il a aussi reconnu, le 11 février, avoir tué "volontairement" Maëlys. Mais il n'a pas expliqué sa pulsion meurtrière, ni les raisons de l'enlèvement, se contentant de répéter qu'il n'avait jamais eu de mobile sexuel à son égard.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #LELANDAIS

17h19 : Au procès de Nordahl Lelandais, les plaidoiries de la défense viennent de s'achever. Alain Jakubowicz, troisième et dernier avocat de l'accusé à plaider, a réclamé une peine de 30 ans de prison.



(ELISABETH DE POURQUERY)

15h05 : Alain Jakubowicz, troisième et dernier avocat de Nordahl Lelandais, plaide en ce moment.

14h55 : Retour en Isère pour suivre le procès de Nordahl Lelandais. Les plaidoiries de la défense ont commencé cet après-midi. Notre journaliste sur place Violaine Jaussent vous raconte.

14h43 : 14 heures, voici l'habituel point sur l'actu :

• La France et ses partenaires occidentaux ont officialisé leur retrait militaire du Mali, au terme de neuf ans de lutte antijihadiste. Des forces militaires, dont près de 3 000 Français, resteront toutefois engagées auprès des pays sahéliens et du golfe de Guinée. Voici le replay du discours d'Emmanuel Macron.

• C'est la peine maximale encourue. L'avocat général Jacques Dallest a requis ce matin la réclusion criminelle à perpétuité, assortie d'une période de sûreté de 22 ans, contre Nordahl Lelandais. Les plaidoiries de la défense ont lieu cet après-midi.

• Au Brésil, au moins 104 personnes sont mortes dans les inondations et glissements de terrain à Petropolis, près de Rio de Janeiro, a annoncé la Défense civile, deux jours après ces précipitations torrentielles.

• Le Kremlin a annoncé que le retour dans leurs casernes des troupes engagées dans des manœuvres aux abords de l'Ukraine prendrait du temps. En attendant, l'Occident accuse Moscou d'y maintenir, voire d'y renforcer sa présence militaire.

12h27 : Un coup d'œil à la pendule, il est déjà midi. Voici l'essentiel de l'actu en quatre points :

• La France et ses partenaires occidentaux ont officialisé leur retrait militaire du Mali, au terme de neuf ans de lutte antijihadiste menée par Paris. Des forces militaires, dont près de 3 000 Français, resteront toutefois engagées auprès des pays sahéliens et du golfe de Guinée.

• A la veille du verdict, la perpétuité avec une période de sûreté de 22 ans a été requise à l'encontre de Nordahl Lelandais, accusé notamment de l'enlèvement et du meurtre de Maëlys de Araujo en 2017. Les plaidoiries de la défense auront lieu cet après-midi.


• La Russie a-t-elle retiré des troupes à la frontière ? "Nous savons maintenant que c'est faux", a avancé un haut responsable de la Maison Blanche, accusant Moscou d'avoir "augmenté sa présence" militaire "ces derniers jours", y compris hier.

• Le groupe Bolloré fête ses 200 ans. Avant de prendre sa retraite, son PDG, Vincent Bolloré, envisage un dernier grand coup : le rachat du groupe Hachette Livre. Notre journaliste Laurence Houot vous raconte pourquoi ce projet sème la panique dans le monde de l'édition.

11h57 : @RainMan : En France, les peines ne se cumulent pas. Dans l’affaire du meurtre du caporal Arthur Noyer, Nordahl Lelandais a été condamné à vingt ans de réclusion, avec une période de sûreté des deux tiers. S’il est condamné à une peine plus lourde dans l’affaire Maëlys, elle ne s’ajoutera pas à la précédente. Il purgera ses deux peines mais elles n’iront pas au-delà de la plus longue.

11h56 : Si Lelandais est condamné à cette peine, est-ce qu’elle se cumule avec l’autre peine issue du procès Noyer ?

11h55 : @Anne @Th : Bonjour. L’avocat général vient de requérir 22 ans de période de sûreté, le maximum possible dans le cas de Nordahl Lelandais, car il n’est pas poursuivi pour viol, tortures ou actes de barbarie sur la fillette. Si la cour d’assises suit ces réquisitions, l'accusé ne pourra pas bénéficier d’aménagements de peine (semi-liberté, bracelet, etc.) pendant cette période. Il pourra toutefois demander à tout moment la fin ou la réduction de la durée de la peine de sûreté, à condition de manifester des gages sérieux de réadaptation sociale. La décision est soumise à une expertise, réalisée par trois experts médicaux qui se prononcent sur l’état de dangerosité de la personne.

11h55 : Perpétuité, sûreté 22 ans ??? si c’est 22 ans c’est plus la perpétuité, je ne comprends pas.

11h55 : Bonjour à toute l'équipe et merci pour votre travail. Voilà ma question : un détenu qui prend perpétuité (LELANDAIS) peut il bénéficier de remises de peine comme les autres détenus et pouvoir revoir le soleil un jour ?? merci de m'éclairer

11h54 : Dans les commentaires, vous êtes plusieurs à vous interroger sur les réquisitions prononcées au procès de Nordahl Lelandais. Pour vous répondre, j'ai sollicité ma collègue Catherine Fournier, qui a suivi une partie des audiences.

11h27 : Après la suspension d'audience, l'avocat de la mère de Maëlys de Araujo défend la "peine juste" requise par le parquet général, "le maximum" encouru. "L'évidence, c'est qu'il faut être ferme", affirme Fabien Rajon, au nom de sa cliente, qui "attendait" une telle sévérité.

11h28 : L'avocat général demande la peine maximale à l'encontre de Nordahl Lelandais, accusé notamment du meurtre de Maëlys de Araujo. Notre journaliste Violaine Jaussent a suivi ses réquisitions.



(ELISABETH DE POURQUERY / FRANCE TELEVISIONS)

11h13 : Le parquet général requiert la réclusion criminelle à perpétuité à l'encontre de Nordahl Lelandais.

10h23 : Direction Grenoble, pour l'avant-dernier jour du procès de Nordahl Lelandais. Notre envoyée spéciale Violaine Jaussent suit les réquisitions de l'avocat général, Jacques Dallest.

09h10 : Place à un nouveau point sur l'actualité :

• La France et ses partenaires occidentaux ont annoncé un "retrait coordonné du territoire malien" des forces Barkhane et Takuba. Emmanuel Macron doit commenter ce départ dans les minutes qui viennent, dans une conférence de presse à suivre dans notre direct.

• La Russie a-t-elle retiré des troupes à la frontière ? "Nous savons maintenant que c'est faux", a avancé un haut responsable de la Maison Blanche, accusant Moscou d'avoir "augmenté sa présence" militaire "ces derniers jours", y compris hier.

• Il a fini par sauter le pas. L'eurodéputé Nicolas Bay, fraîchement suspendu par le Rassemblement national, a annoncé son ralliement à Eric Zemmour. Il reproche à Marine Le Pen de "multiples revirements et reculades" et son "refus de toute forme de débat interne".

• A la veille du verdict dans le procès de Nordahl Lelandais, place aujourd'hui au réquisitoire et aux plaidoiries de la défense. L'ancien maître-chien de 38 ans encourt la réclusion criminelle à perpétuité, notamment pour l'enlèvement et le meurtre de Maëlys De Araujo en 2017.

06h09 : Sous vos acclamations, voici les premiers titres de ce jeudi 17 février :

• La France et ses partenaires européens vont-ils retirer leurs troupes du Mali ? Emmanuel Macron doit annoncer, à 9 heures, en conférence de presse, des décisions sur l'avenir de la mission Barkhane, actées hier soir lors d'un sommet de dirigeants européens et africains.

• La Russie a-t-elle retiré des troupes à la frontière ? "Nous savons maintenant que c'est faux", a avancé un haut responsable de la Maison Blanche, accusant Moscou d'avoir, au contraire, "augmenté sa présence" militaire "ces derniers jours", y compris hier.

• Il a fini par sauter le pas. L'eurodéputé Nicolas Bay, fraîchement suspendu par le Rassemblement national, a annoncé son ralliement à Eric Zemmour. Il reproche à Marine Le Pen de "multiples revirements et reculades" et son "refus de toute forme de débat interne".

• A la veille du verdict dans le procès de Nordahl Lelandais, place aujourd'hui au réquisitoire et aux plaidoiries de la défense. L'ancien maître-chien de 38 ans encourt la réclusion criminelle à perpétuité, notamment pour l'enlèvement et le meurtre de Maëlys De Araujo en 2017.