Affaire Maëlys : une reconstitution pour faire avancer l'enquête

En Isère, l'enquête sur la mort de la petite Maëlys se poursuit avec une reconstitution organisée dans la soirée du 24 septembre.

France 3

Une reconstitution pour tenter de comprendre. En direct du Pont-de-Beauvoisin (Isère), le journaliste Jordan Guéant assiste à la reconstitution de la soirée de l'enlèvement de la petite Maëlys, lundi 24 septembre, plus d'un an après les faits. Il explique : "Cette reconstitution commencera aux alentours de 20h30. Près de 200 gendarmes mobiles sont mobilisés pour sécuriser l'accès à cette reconstitution qui pourrait être importante pour l'enquête. Depuis ses aveux, le 14 février dernier, Nordahl Lelandais n'a plus rien dit aux enquêteurs."

Un choc psychologique pour Lelandais ?

Il reste donc d'importantes zones d'ombre sur les circonstances du drame. Le journaliste poursuit : "le suspect parle d'un accident, il faut encore valider ou infirmer cette thèse. En organisant cette reconstitution, les enquêteurs espèrent provoquer un choc psychologique chez Nordahl Lelandais et le pousser, sinon à avouer, en tout cas à donner des précisions en le ramenant sur les lieux du crime. La nuit s'annonce longue, tout comme cette reconstitution à laquelle pourraient assister les deux parents de Maëlys".

Le JT
Les autres sujets du JT
Le convoi dans lequel se trouve Nordahl Lelandais arrive à Pont-de-Beauvoisin, le 24 septembre 2018, pour participer à la reconstitution du meurtre de Maëlys.
Le convoi dans lequel se trouve Nordahl Lelandais arrive à Pont-de-Beauvoisin, le 24 septembre 2018, pour participer à la reconstitution du meurtre de Maëlys. (JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP)