Disparition de Maëlys : l'avocat du suspect conteste la version des faits présentée par le procureur

Alain Jakubowicz, qui défend Nordahl Lelandais, l'homme suspecté d'avoir enlevé et tué la petite Maëlys en Isère, a affirmé que la silhouette apparaissant sur une vidéo de surveillance n'était pas celle d'une enfant mais celle d'une femme.

Un homme placarde un appel à témoins, le 28 août 2017, à Pont-de-Beauvoisin (Isère), après la disparition de Maëlys.
Un homme placarde un appel à témoins, le 28 août 2017, à Pont-de-Beauvoisin (Isère), après la disparition de Maëlys. (PHILIPPE DESMAZES / AFP)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Il a brisé le silence qu'il gardait depuis le début de l'affaire. Lundi 4 décembre sur BFMTV, Alain Jakubowicz, l'avocat de Nordahl Lelandais, le suspect dans l'enquête sur la disparition de la petite Maëlys, fin août en Isère, a accusé le procureur de Grenoble, Jean-Yves Coquillat, de "dire des choses qui sont objectivement totalement contraires à la réalité du dossier".

Une chronologie "impossible" et "un décolleté de femme"

La chronologie des faits, détaillée jeudi 30 novembre par le procureur lors d'une conférence de presse, est "impossible", a affirmé le célèbre avocat. Alain Jakubowicz a assuré que la fillette était toujours dans la salle de mariage à 3H15 dans la nuit du 26 au 27 août. "Nous savons avec une quasi-certitude qu'avant 3H30 personne ne s'inquiète de la disparition de Maëlys", a-t-il insisté. Or, "toute l’accusation du procureur repose sur le postulat de la disparition de Maëlys à 2h45" du matin, a pointé Alain Jakubowicz.

Lors de sa conférence de presse, le procureur avait également indiqué qu'une caméra de vidéosurveillance avait capté l'image du véhicule du suspect avec, sur le siège passager avant, "une silhouette frêle, de petite taille, et vêtue d'une robe blanche". L'avocat du suspect, lui, relève que "sur la photo on distingue un décolleté de femme, pas celui d’une petite fille". Nordahl Lelandais, mis en examen pour enlèvement et meurtre, nie toujours toute implication dans la disparition de la fillette il y a trois mois.