Affaire Jubillar : la demande de remise en liberté de Cédric Jubillar a été rejetée

Le juge des libertés a argué de l'article 144 du Code de procédure pénale et la crainte que le suspect, une fois remis en liberté, ne fasse pas disparaître de preuve. Cédric Jubillar est mis en examen pour "homicide volontaire par conjoint".

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Cédric Jubillar, le 11 janvier 2021. (REMY GABALDA / MAXPPP)

La demande écrite de remise en liberté de Cédric Jubillar a été rejetée par le juge des libertés et de la détention, a appris franceinfo auprès de ses avocats jeudi 2 septembre, confirmant une information de BFMTV. Les avocats vont faire appel de cette décision devant la chambre de l'instruction afin d'être convoqués dans une dizaine de jours.

Le juge des libertés et de la détention a rejeté leur demande en vertu de l'article 144 du Code de procédure pénale, qui précise qu'un placement en détention provisoire peut être ordonné afin que le suspect ne fasse pas disparaître de preuve, expliquent les avocats.

C'est la deuxième demande rejetée

Mais les conseils comptent plaider pour la remise en liberté de leur client car ils estiment que son placement en détention provisoire présuppose que Cédric Jubillar est bien impliqué dans la disparition de sa compagne alors que, selon eux, il n'y a pas d'éléments contre lui dans le dossier.

Cédric Jubillar est mis en examen pour "homicide volontaire par conjoint", après la disparition de sa compagne Delphine Jubillar en décembre 2020, et a été placé en détention provisoire depuis le 18 juin dernier. Le 8 juillet dernier, la cour d'appel de Toulouse a déjà rejeté une première demande de remise en liberté de ses avocats.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Disparition de Delphine Jubillar

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.