Meurtre d'Alexia Daval : Jonathann et sa femme "n'étaient pas faits pour être ensemble", selon l'avocat du mari

Après que Jonathann Daval a avoué, en janvier, avoir étranglé sa femme, son avocat avait déjà insisté sur la "personnalité écrasante" de la victime.

Randall Schwerdorffer, l\'avocat de Jonathann Daval, à Besançon (Doubs), le 30 janvier 2018.
Randall Schwerdorffer, l'avocat de Jonathann Daval, à Besançon (Doubs), le 30 janvier 2018. (SEBASTIEN BOZON / AFP)

La ministre Marlène Schiappa avait déjà épinglé son discours, qu'elle jugeait "scandaleux", au sujet du meurtre d'Alexia Daval. Randall Schwendorffer, l'avocat de Jonathann Daval, tient des propos étonnants dans Libération, vendredi 16 février. Pour lui, la victime et son mari, mis en examen pour meurtre en janvier, étaient "des gens qui n'étaient pas faits pour être ensemble".

"Cette fille-là, à son âge et vu ses attentes, il lui fallait un mec. Un vrai mec. Un mec qui assurait, ose l'avocat. Et elle, elle lui reprochait : 'T’es impuissant, tu bandes pas, t’es une merde'", poursuit-il.

Il avait déjà décrit la victime comme "écrasante"

Randall Schwendorffer décrit Alexia Daval comme ayant l'ascendant dans son couple, et se livre à un discours général sur ce type de femmes, qui selon lui "fait des concessions à sa liberté si elle estime que ça le mérite", et ne devient "écrasante" que si "elle a pris un compagnon plus faible". "T’es au niveau ou tu dégages", résume-t-il.

Jonathann Daval "a reconnu avoir tué son épouse, mais il a dit qu'il ne voulait pas et il regrette", avait expliqué son avocat après sa mise en examen, en janvier. "Alexia avait une personnalité écrasante", avait-il déjà affirmé. "Il se sentait rabaissé, écrasé. A un moment, il y a eu des mots de trop, une crise de trop, qu'il n'a pas su gérer." Randall Schwendorffer avait également affirmé que la victime "pouvait avoir des accès de violence extrêmement importants à l'encontre de son compagnon".

Après ces propos, la secrétaire d'Etat chargée de l'Egalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, avait accusé l'avocat Randall Schwendorffer de "minimiser les violences conjugales" et de "trouver des excuses" à son client.