Procès Daval : "Le soir n'était pas choisi, c’est la dispute qui a mal tourné", assure l'accusé

Lors de son interrogatoire, jeudi, Jonathann Daval est notamment revenu sur les instants qui ont suivi le meurtre de son épouse. Pour la première fois, il a également admis avoir voulu donner la mort à Alexia.

Jonathann Daval dessiné dans son box, au premier jour de son procès pour le meurtre de son épouse Alexia, le 16 novembre 2020.
Jonathann Daval dessiné dans son box, au premier jour de son procès pour le meurtre de son épouse Alexia, le 16 novembre 2020. (BENOIT PEYRUCQ / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Au lendemain du témoignage de la famille d'Alexia Daval sur la personnalité de Jonathann Daval, l'interrogatoire de l'accusé s'est poursuivi jeudi 19 novembre. Interrogé sur la nuit du meurtre, du 27 au 28 octobre 2017, l'accusé a déclaré que "le soir n'était pas choisi, c'est la dispute qui a mal tourné". Devant la cour d'assises de la Haute-Saône, à Vesoul, il est également revenu sur les heures qui ont suivi la mort de son épouse. "C'est le lendemain que j'ai pris la décision de me débarrasser du corps en maquillant ça en une sortie en jogging", a-t-il déclaré. "Pourquoi ce scénario ?", lui a rétorqué l'avocat général. Jonathann Daval a alors cité la peur de "perdre les personnes qu’on aime", ainsi que "le regard des autres"Suivez notre direct.

 Jonathann Daval reconnaît avoir voulu "donner la mort" à Alexia. "Quoi qu'il en soit, je lui ai donné la mort, oui, quand on étrangle quelqu'un comme ça, c'est pour donner la mort", a admis l'accusé. "C'est donc la mort que vous vouliez ?", a insisté le président. "Ben oui", a lâché l'accuséC'est la première fois qu'il dit explicitement avoir voulu donner la mort à son épouse.

Le portrait psychologique de l'accusé par plusieurs experts. Décrit comme "très infantile", il a "deux personnalités qui coexistent sans jamais se rencontrer", a estimé le psychologue Tony Arpin, qui l'a expertisé en détention. "Une personne qu'il va donner à montrer, quelqu'un de gentil, bien comme il faut (...) et, juxtaposé, un autre personnage, beaucoup plus solide, plus agressif, plus dominateur." "C’est comme un barrage qui a cédé, il y avait de l’accumulation qui ne s’était jamais dite. Il était dans le refoulement de son agressivité, ce système a craqué, il ne pouvait plus la contenir", a déclaré de son côté l'expert psychiatre Jean Canterino. 

 L'accusé rétabli après un malaise. L'audience a pu reprendre après un avis médical favorable, jeudi matin. La veille, elle avait été interrompue par un malaise vagal de Jonathann Daval, qui avait été hospitalisé. Alors qu'il répondait aux questions du président, l'accusé s'était effondré, au bout d'environ trois quarts d'heure d'interrogatoire, alors qu'il était questionné sur sa relation compliquée avec son épouse, notamment leurs difficultés à concevoir un enfant. 

 La famille attend plus que des excuses. Mercredi, Jonathann Daval a adressé des "excuses" à la famille de la victime, au début de son interrogatoire. "Ils attendaient des excuses sincères, répond l'un des avocats des parents, Jean-Hubert Portejoie, sur franceinfo, jeudi. Jean-Pierre et Isabelle Fouillot ne peuvent se satisfaire de ces quelques mots de Jonathann Daval. Outre des excuses, ils veulent surtout des explications." Il espère que l'accusé ne sera pas "diminué" par son malaise.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #DAVAL

21h58 : Pour en finir sur ce point, je vous rappelle que vous avez la possibilité d'exclure les sujets qui ne vous intéressent pas dans ce direct en inscrivant le mot-dièse correspondant dans la barre de recherche (sur mobile, une petite loupe permet d'y accéder) puis en choisissant de l'exclure (je vous ai encadré le bouton en rouge).




21h53 : Bonjour. Ce n'est pas de la couverture journalistique mais du voyeurisme. Je suis choquée car je pense qu'il y a une indécence certaine à fouiller dans la vie d'autrui. Qui sommes nous pour nous donner le droit de juger ? Attention : ne tombons pas dans des excès qui sous couvert d'information nous font perdre notre humanité

21h53 : Votre couverture du procès me semble tout à fait légitime et à la hauteur de la gravité des faits. Merci à vous et pensée à toutes ces femmes qui meurent sous les coups de leur conjoint.

21h51 : Et bien moi je vous remercie. Le "fait divers" est souvent un révélateur societal des plus intéressants.

21h51 : Bonjour,Je ne suis pas sûr que suivre "heure par heure" le procès puisse servir la cause des femmes subissant des violences. Je ne comprend pas la couverture médiatique de France info.

21h51 : Dans les commentaires, vous êtes nombreux à vous prononcer (et à vous diviser) sur notre couverture du procès de Jonathann Daval. Vos réactions montrent bien qu'il est impossible de contenter tout le monde mais sachez en tout cas que nous sommes ouverts à vos critiques - d'où notre souci d'y répondre tout à l'heure.

20h41 : @Danielfi @Valentin @Une auditrice : Bonjour, vous êtes un certain nombre à nous interpeller sur la place prise sur notre site par le procès de Jonathann Daval. Nous avons en effet fait le choix de couvrir ce procès en proposant un direct dédié, comme nous le faisons régulièrement pour d'autres procès (récemment le procès des attentats de janvier 2015, par exemple). Nous proposons également un compte-rendu d'audience en fin de journée, si l'intérêt des débats le justifie. Cette couverture ne nous semble pas excessive eu égard au retentissement global de cette affaire abondamment relayée par tous les médias depuis trois ans, et représentative d'un sujet – le féminicide – qui s'est imposé dans la société ces dernières années.

20h51 : Je vais éteindre franceinfo pendant quelque temps car j’en ai assez d’entendre en boucle parler de cette affaire comme si on y était. Qui cela peut bien intéresser franchement ? C’est pas un roman-feuilleton ! Je rouvrirai la radio quand on connaîtra le verdict. Franchement, il n’y a pas autre chose à nous raconter que les moindres détails de cette sordide affaire ? Une auditrice excédée.

20h41 : De quel droit un média de service public gaspille-t-il ses déjà trop maigres moyens dans un voyeurisme de fait-divers ? Où est le motif d'intérêt public ?

20h47 : Même si ce procès doit être passé en revue, je trouve qu'il y en a trop ! Faites un compte rendu journalier, mais de grâce, arrêtez avec vos minutes !

20h43 : A 20 heures, voici un nouveau point sur l'actualité :

"Il n'est pas d'actualité de déconfiner le pays", a martelé Olivier Véran face à la presse, affirmant que le recul de la pression hospitalière allait "prendre du temps". Le personnel des Ehpad sera désormais testé chaque semaine.

Selon Bercy, la proposition de report du "Black Friday" au 4 décembre a été accueillie "favorablement" par les acteurs concernés. Une réunion aura lieu demain après-midi pour "finaliser un accord".


Pour la première fois, lors de son procès, Jonathann Daval a dit explicitement avoir voulu tuer son épouse Alexia."Quand on étrangle comme ça, c'est pour donner la mort", a-t-il reconnu, alors qu'il disait jusque-là avoir voulu la faire "taire".

Un sommet européen par visioconférence est en cours pour évoquer la crise sanitaire mais aussi - et surtout - le blocage du plan de relance par la Hongrie et la Pologne, qui s'opposent à une clause conditionnant le versement des fonds européens au respect de l'Etat de droit.

19h36 : Interrogé par l'avocat général puis par les avocats de la défense, Jonathann Daval assure qu'il n'avait jamais envisagé de tuer son épouse, avant cette funeste soirée d'octobre 2017.

19h26 : L'interrogatoire de Jonathann Daval se poursuit devant la cour d'assises de la Haute-Saône, à Vesoul, où l'on retrouve notre envoyée spéciale, Catherine Fournier. L'accusé est notamment revenu sur les instants qui ont suivi le meurtre de son épouse.

18h03 : Il est 18 heures. Voici les principaux titres de l'actualité :

Les Vingt-Sept de l'Union Européenne se réunissent par visioconférence pour aborder la question de la crise sanitaire. Le blocage du plan de relance par la Hongrie et la Pologne, bien entendu, est au cœur des débats.


Quand et comment rouvrir les commerces ? Faut-il lancer des opérations de dépistage massif ?Le ministre de la Santé, Olivier Véran, dresse un nouveau tableau de la situation sanitaire, lors d'une conférence de presse.

Les acteurs de la grande distribution, du commerce et du e-commerce auront demain un nouvel échange avec Bruno Le Maire. Le ministre leur demande de décaler d'une semaine le "Black Friday".


Pour la première fois, lors de son procès, Jonathann Daval a dit explicitement avoir voulu tuer son épouse Alexia."Quand on étrangle comme ça, c'est pour donner la mort."

• Le comédien Michel Robin, connu pour ses seconds rôles attachants au théâtre comme au cinéma et ancien sociétaire de la Comédie-Française, est mort à l'âge de 90 ans des suites du Covid-19.

16h52 : C'était l'une des zones d'ombre de l'affaire. Jonathann Daval voulait-il faire "taire" sa femme ou la tuer ? Avant le procès, l'avocat de la défense, Randall Schwerdorffer, avait demandé la requalification des faits en "violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner".

16h46 : Après l'audition de trois experts psychiatres, Jonathann Daval est de nouveau interrogé. Pour la première fois, il dit explicitement avoir voulu tuer son épouse Alexia. "Quand on étrangle comme ça, c'est pour donner la mort."

16h09 : Voici les principaux titres de l'actualité :

Plusieurs experts tentent de décortiquer la personnalité de Jonathann Daval, devant les assises de la Haute-Saône. L'accusé doit être de nouveau être interrogé dans l'après-midi après son malaise de la veille.



Les acteurs de la grande distribution, du commerce et du e-commerce auront demain un nouvel échange avec Bruno Le Maire. Le ministre leur demande de décaler d'une semaine le "Black Friday".

• Le comédien Michel Robin, connu pour ses seconds rôles attachants au théâtre comme au cinéma et ancien sociétaire de la Comédie-Française, est mort à l'âge de 90 ans des suites du Covid-19.


• Le Conseil d'Etat donne trois mois au gouvernement pour prouver le respect de ses engagements en matière de réduction des gaz à effets de serre, pris dans le cadre de la mise en œuvre de l'accord de Paris.


Mike Pompeo est devenu le premier secrétaire d'Etat américain à se rendre dans une colonie israélienne. Cette visite a été dénoncée par la Palestine, qui demande à la communauté internationale de "prendre ses responsabilités".

15h17 : L'audience reprend à Vesoul, devant la cour d'assises de Haute-Saône. Un troisième expert psychiatrique est entendu aujourd'hui dans le cadre du procès de Jonathann Daval, afin d'examiner la personnalité de l'accusé. Ce dernier devrait être de nouveau interrogé dans l'après-midi, après son malaise de la veille.

14h10 : Voici les principaux titres de l'actualité :

• Le Conseil d'Etat donne trois mois au gouvernement pour prouver le respect de ses engagements en matière de réduction des gaz à effets de serre, pris dans le cadre de la mise en œuvre de l'accord de Paris.

La France est encore "loin du déconfinement", a averti le gouvernement, qui prévoit une simple "adaptation du confinement" au 1er décembre.

Les acteurs de la grande distribution, du commerce et du e-commerce auront demain un nouvel échange avec Bruno Le Maire. Le ministre leur demande de décaler d'une semaine le "Black Friday".

Jonathann Daval, qui a reconnu avoir violemment frappé et étranglé son épouse Alexia, est capable d'avoir "des réactions impulsives et non maîtrisées", selon un expert entendu au quatrième jour du procès.

Mike Pompeo devient le premier secrétaire d'Etat américain à se rendre dans une colonie israélienne. Le responsable annonce que Washington va labelliser les exportations de colonies israéliennes en Cisjordanie occupée.

12h02 : A midi, voici un nouveau point sur l'actualité :

• Le Conseil d'Etat donne trois mois au gouvernement pour prouver le respect de ses engagements en matière de réduction des gaz à effets de serre, pris dans le cadre de la mise en œuvre de l'accord de Paris.

A la demande d'Emmanuel Macron, les dirigeants du Conseil français du culte musulman ont présenté les grandes lignes d'un conseil national des imams qui sera chargé de labelliser les imams en France, indique l'Elysée.


La France est encore "loin du déconfinement", a averti le gouvernement, qui prévoit une simple "adaptation du confinement" au 1er décembre. Par ailleurs, Bercy a demandé un report du "Black Friday" prévu le 27 novembre.


Mike Pompeo devient le premier secrétaire d'Etat américain à se rendre dans une colonie israélienne.


L'interrogatoire de Jonathann Daval va pouvoir reprendre cet après-midi. L'accusé a passé la nuit en observation à l'hôpital de Vesoul à la suite d'un malaise peu après avoir présenté des "excuses" pour le meurtre de son épouse Alexia. Suivez le procès dans notre direct.

11h36 : Au procès de Jonathann Daval, la cour entend ce matin plusieurs experts psy. L'interrogatoire de Jonathann Daval reprendra cet après-midi. Notre journaliste Catherine Fournier est toujours sur place.

09h28 : A 9 heures, voici un nouveau point sur l'actualité :

• Le passage du pic se confirme en France. Pour la deuxième journée consécutive, le nombre de patients Covid en réanimation et dans les services hospitaliers a reculé hier. Plus de 400 personnes ont toutefois péri en 24 heures.

A la demande d'Emmanuel Macron, les dirigeants du Conseil français du culte musulman ont présenté les grandes lignes d'un conseil national des imams qui sera chargé de labelliser les imams en France, indique l'Elysée.


La France est encore "loin du déconfinement", a averti le gouvernement, qui prévoit une simple "adaptation du confinement" au 1er décembre. Par ailleurs, Bercy a demandé un report du "Black Friday" prévu le 27 novembre.

Le procès de Jonathann Daval va pouvoir reprendre. L'accusé a passé la nuit en observation à l'hôpital de Vesoul à la suite d'un malaise peu après avoir présenté des "excuses" pour le meurtre de son épouse Alexia.

08h39 : Jonathann Daval, qui a souffert d'un malaise vagal hier soir en plein interrogatoire sur le meurtre de sa femme Alexia, a reçu l'aval des médecins et son procès va pouvoir reprendre normalement. "Un certificat médical de compatibilité a été donné", assure l'avocat général. Jonathann Daval vient d'ailleurs d'arriver au tribunal.

08h36 : Les médecins donnent leur aval, le procès de Jonathann Daval va pouvoir reprendre ce matin, annonce l'avocat général.

08h08 : Après avoir présenté des excuses, Jonathann Daval a fait un malaise hier dans le box des accusés. "Ils attendaient des excuses sincères, on a eu des excuses a minima. Jean-Pierre et Isabelle Fouillot ne peuvent se satisfaire de ces quelques mots", réagit sur franceinfo Jean-Hubert Portejoie, l’un des avocats des parents d'Alexia Daval.




(VALENTIN PASQUIER / FRANCE TELEVISIONS)

06h39 : Jonathann Daval a été pris d'un malaise hier lors de son interrogatoire par la cour d'assises de la Haute-Saône. "Les nouvelles sont rassurantes", a indiqué à franceinfo Randall Schwerdorffer, l'un des avocats du jeune homme. Il faudra quand même un avis médical ce matin pour valider la présence de l'accusé à l'audience.

06h06 : Débutons par un premier point sur l'actualité :

• Le passage du pic se confirme en France. Pour la deuxième journée consécutive, le nombre de patients Covid en réanimation et dans les services hospitaliers a reculé hier. Plus de 400 personnes ont toutefois péri en 24 heures.

A la demande d'Emmanuel Macron, les dirigeants du Conseil français du culte musulman ont présenté les grandes lignes d'un conseil national des imams qui sera chargé de labelliser les imams en France, indique l'Elysée.


La France est encore "loin du déconfinement", a averti le gouvernement, qui prévoit une simple "adaptation du confinement" au 1er décembre. Par ailleurs, Bercy a demandé un report du "Black Friday" prévu le 27 novembre.

Jonathann Daval a été hospitalisé à Vesoul à la suite d'un malaise peu après qu'il a présenté des "excuses" pour le meurtre de son épouse Alexia. "Les nouvelles sont rassurantes", a indiqué ensuite l'un des avocats.