Cet article date de plus d'un an.

Vosges : des centaines de personnes rendent hommage à Rose, la fillette retrouvée morte mardi

Le suspect du crime, un adolescent, a été mis en examen jeudi et placé en détention provisoire.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Des habitants de Rambervillers (Vosges) viennent déposer des fleurs devant le domicile des parents de la petite Rose, jeudi 27 avril. (ERIC THIEBAUT / MAXPPP)

Derrière les membres de la famille élargie de Rose, de nombreux habitants de Rambervillers (Vosges) ont pris place dans le cortège, dispersant des pétales de fleurs sur leur passage. Quelques centaines de personnes ont pris part, samedi 29 avril, a une marche en hommage à la fillette de cinq ans tuée mardi. La procession, qui a compté 400 à 600 personnes, selon les journalistes sur place, est d'abord passée devant l'appartement où Rose avait été retrouvée morte.

La marche s'est terminée par des applaudissements, devant le domicile de la famille, où des fleurs et des portraits de la petite fille ont été déposés. Des membres de la famille ont très brièvement pris la parole à l'issue de la marche. "On vous remercie de partager avec nous cette douleur", a salué un de ses oncles.

"Justice pour Rose"

Parés d'un vêtement ou d'un accessoire rose, des participants ont scandé le prénom de la victime et réclamé "justice pour Rose".

"Ça a été très très dur, et ça l'est encore, on est marqué. C'était une petite fille souriante, qui allait vers les gens", a témoigné auprès de l'AFP une habitante du quartier, les larmes aux yeux. "Il y a de la tension, il y a de la colère, on se pose des questions", a-t-elle complété, en référence au parcours du suspect, interpellé mardi soir.

Ce dernier, âgé de 15 ans, avait été placé en centre éducatif fermé pendant 12 mois, la durée maximum possible, dans le cadre d'une autre procédure judiciaire où il était mis en examen pour séquestration, viol et agression sexuelle sur mineur. Il était revenu à Rambervillers en février, à l'issue de son placement, et faisait l'objet d'un suivi par la protection judiciaire de la jeunesse. L'adolescent a été mis en examen jeudi et placé en détention provisoire. Il garde le silence sur son geste, a annoncé le procureur de la République d'Epinal.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.