Cet article date de plus de six ans.

De nombreux blessés légers lors d'un mouvement de panique à Juan-les-Pins

Le bilan précis du nombre de blessés n'a pas encore été confirmé par les pompiers.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des véhicules de pompiers à Juan-les-Pins (Alpes-Maritimes), après un mouvement de panique, le 15 août 2016. (MAXPPP)

Une quarantaine de personnes ont été légèrement blessées à Juan-les-Pins (Alpes-Maritimes), dimanche 14 août, dans un mouvement de panique entraîné par le jet de pétards depuis une voiture. La scène s'est déroulée vers 22h30 dans le quartier de la pinède, connu pour son festival de jazz et ses bars de nuit, précise France Bleu Azur. Les victimes ont été prises en charge sur place par les pompiers, qui n'ont pas encore communiqué de bilan.

Plusieurs témoins ont évoqué la présence d'une voiture au moteur puissant, peu avant le mouvement de foule. Par crainte d'un attentat, les clients attablés en terrasse ont trouvé refuge à l'intérieur des établissements. Plusieurs photos et vidéos ont été publiées par le quotidien Nice-Matin, où figurent en effet de nombreuses tables de restaurants renversées.

La police visionne les images de vidéosurveillance

Les témoins interrogés par le quotidien évoquent un mouvement de foule venu de la plage, qui aurait, par peur d'un attentat, semé la panique dans le quartier. Les victimes ont été prises en charge par "de nombreux pompiers et ambulances", a indiqué un autre témoin, cité par l'AFP. "J'ai vu des terrasses dévastées, des chaises renversées et des restaurants ouvrir pour accueillir les blessés."

Les policiers visionnent les images de vidéosurveillance pour tenter de retrouver le ou les auteurs éventuels de cet incident. La peur d'une attaque terroriste est présente dans les esprits, après l'attentat commis le 14 juillet dernier à Nice, situé non loin de Juan-les-Pins.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.