Marseille : Gérald Darmanin annonce des arrestations dans une cité, filmée par "Quotidien", où des dealers avaient mis en place un filtrage automobile

Le reportage avait provoqué, plus tôt dans la journée, des réactions outrées provenant de l'extrême droite.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La cité des Flamants, à Marseille (Bouches-du-Rhône), le 17 juillet 2021. (CLEMENT MAHOUDEAU / AFP)

Médiatisation, réaction. Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, a annoncé mardi 31 août sur Twitter qu'une "importante opération anti-drogue" avait abouti à quatre interpellations à la cité des Flamants, à Marseille (Bouches-du-Rhône). Un reportage de l'émission "Quotidien", diffusé la veille, avait montré que des dealers y avaient mis en place un filtrage de la circulation pour éviter les descentes de police. 

"Aucune zone de non-droit sur le territoire de la République, à Marseille comme ailleurs", a réagi le ministre, précisant que de la drogue et de l'argent avaient été saisis à la suite d'une opération de police sur les lieux. 

Des barrages déjà dénoncés par des médias locaux

Le reportage de "Quotidien" avait provoqué, plus tôt dans la journée, des réactions outrées provenant de l'extrême droite. "Quand un quartier entier vit sous la coupe de dealers qui imposent leurs règles au détriment des lois communes, c'est (...)  ce qu'on appelle une 'zone de non-droit'", s'était insurgée Marine Le Pen sur Twitter, quand Eric Zemmour avait ironisé sur "la République de la cité des Flamants".

Un tel système de filtrage de voitures dans des cités où le trafic de drogue est important n'est pas une nouveauté : ces derniers mois, plusieurs médias locaux  avaient alerté sur des situations analogues, sans provoquer pareille indignation politique. En juin 2020, France 3 Provence évoquait ainsi la présence de barricades dans la cité des Rosiers, dans le 14e arrondissement de Marseille. En février, France Bleu Provence alertait sur la mise en place de barrages filtrants rue Albert-Marquet, dans le 13e arrondissement de la ville. 

Emmanuel Macron est attendu mercredi après-midi à Marseille pour présenter un ambitieux plan destiné à donner un nouveau souffle à la deuxième ville de France, dont il dit vouloir faire une "capitale de la Méditerranée".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Criminalité à Marseille

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.