Corse : les militants nationalistes interpellés lundi présentés à un juge d'instruction ce vendredi

L'enquête porte sur une tentative d'attentat contre la résidence secondaire d'un restaurateur en Corse-du-Sud en septembre 2021, revendiquée par le FLNC, ainsi que sur une conférence de presse clandestine.
Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le tribunal d'Ajaccio (Corse-du-Sud). (RICHARD VILLALON / MAXPPP)

Les huit personnes proches des milieux nationalistes interpellées lundi 5 décembre dans les deux départements de Corse vont être présentées, ce vendredi, au magistrat instructeur chargé du dossier, a appris franceinfo de source judiciaire.

>>> Corse : pourquoi Gérald Darmanin reporte sa visite face au climat tendu entre Paris et Ajaccio

Ces huit personnes avaient été interpellées dans le cadre d’une information judiciaire ouverte des chefs "'d’association de malfaiteurs terroriste, destructions (ou tentatives) aggravées en relation avec une entreprise terroriste, infractions à la législation sur les armes et les explosifs en relation avec une entreprise terroriste". Parmi eux figure Charles Pieri, 72 ans, figure nationaliste et ex-leader présumé du FLNC (Front de libération national Corse).

L'enquête porte sur une tentative d'attentat contre la résidence secondaire d'un restaurateur haut-savoyard à Capo di Feno (Corse-du-Sud) en septembre 2021, revendiquée par le FLNC, ainsi que sur une conférence de presse clandestine dont la vidéo avait été rendue publique le lendemain.

"Une détention pour mettre la pression"

Dans le cadre de cette enquête, trois suspects avaient déjà été arrêtés par la police jeudi 1er décembre. Une personne a été mise en examen et placée en détention provisoire mercredi 7 décembre, selon les informations de franceinfo et France Bleu RCFM. Toujours d'après France Bleu RCFM, il s'agit de Ricardo Bouza-Fernandez, 59 ans, qui a travaillé pour Pierre Paoli, militant du mouvement indépendantiste Corsica Libera, lui aussi soupçonné d'avoir été à la tête du FLNC.

"On lui reproche essentiellement son entourage. On est sur une mise en examen et une détention pour mettre la pression", a affirmé à France Bleu RCFM son avocate, Me Amale Kenbib.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.