Corse : nouvelles interpellations dans les milieux nationalistes

Le parti indépendantiste Corsica Libera exige la "libération immédiate" de ses militants, arrêtés lundi en Corse dans le cadre d'une tentative d'attentat sur la résidence secondaire d'un restaurateur haut-savoyard.

Article rédigé par France Info
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Pierre Paoli, un des piliers du mouvement nationaliste Corsica Libera, a été remis en liberté dimanche 4 décembre 2022. Il était en garde à vue depuis jeudi 1er décembre dans le cadre d'une enquête sur une tentative d'attentat contre la résidence secondaire d'un restaurateur haut-savoyard à Capo di Feno en 2021. (BERTRAND GUAY / AFP)

Huit personnes ont été arrêtées en Corse lundi 5 décembre par la police judiciaire d'Ajaccio et la sous-direction antiterroriste, a appris franceinfo de source proche du dossier. Plusieurs membres actuels et anciens de l'exécutif du parti indépendantiste Corsica Libera ont été ainsi interpellés, a appris France Bleu RCFM auprès d'associations nationalistes corses, parmi eux, Charles Pieri, ex-leader présumé indépendantiste âgé de 72 ans, et son petit-fils Ghjiseppu-Maria Verdi, selon les informations de franceinfo et France Bleu RCFM. La plupart des suspects ont été placés en garde à vue, certains sont entendus à Bastia, d'autres sont en cours de transfert à Ajaccio, rapporte France Bleu RCFM.

Sur Twitter, le parti indépendantiste Corsica Libera assure que plusieurs de ses "militants et responsables" été interpellés dans la matinée, il "exige leur libération immédiate". "L'appareil d'État français poursuit sa politique répressive", dénonce le parti indépendantiste.

L'Associu Sulidarità appelle à des rassemblements lundi soir devant les commissariats d'Ajaccio et de Bastia, selon France Bleu RCFM.

Ces arrestations interviennent dans le cadre du même dossier que celui qui a vu la police interpeller trois suspects jeudi 1er décembre. Deux d'entre eux ont été remis en liberté dimanche, parmi eux, le militant nationaliste Pierre Paoli, un des piliers du mouvement nationaliste Corsica Libera. Le troisième militant sera présenté dans les jours qui viennent au juge d'instruction antiterroriste parisien en charge de l'affaire.

L'enquête porte sur une tentative d'attentat contre la résidence secondaire d'un restaurateur haut-savoyard à Capo di Feno (Corse-du-Sud) en septembre 2021, revendiquée par le FLNC (Front de libération nationale corse), ainsi que sur une conférence de presse clandestine dont la vidéo avait été rendue publique le lendemain. 

Après échange avec les élus locaux, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a décidé dimanche de reporter à janvier son déplacement prévu cette semaine en Corse, en raison d'un climat jugé "pas favorable aux échanges", selon l'entourage du ministre.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

Corse

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.