VIDEO. "C'est normal que je me défende", confie le bijoutier braqué à Nice

Stephan Turk, fatigué par 48 heures de garde à vue, s'est adressé à la caméra de France 2 : "Je voudrais tout oublier, des voyous armés agressifs m'ont attaqué, je regrette, il est mort, je le regrette."

Voir la vidéo
OLIVIER THERON et FREDERIC PILARD - FRANCE 2

Le bijoutier niçois qui a tué mercredi un des braqueurs de son magasin a été mis en examen, vendredi 13 septembre, pour "homicide volontaire", et assigné à résidence sous bracelet électronique. Stephan Turk, fatigué par 48 heures de garde à vue, s'est adressé à la caméra de France 2 : "Je voudrais tout oublier, des voyous armés agressifs m'ont attaqué, je regrette, il est mort, je le regrette." Le bijoutier a voulu s'expliquer sur son geste : "Mais c'est lui qui a décidé de faire ça ! Moi je travaille normalement comme tout le monde, j'ouvre la porte et je suis surpris par l'agresseur, c'est normal que je me défende", a-t-il affirmé, entouré de ses avocats, dans les couloirs du palais de justice de Nice (Alpes-Maritimes).

Stephan Turk, père de famille de 67 ans, conteste avoir agi volontairement. Il n'a "jamais été condamné, son casier judiciaire est vierge, il est inséré dans la société", a rappelé Eric Bedos, le procureur de la République. Selon le magistrat, il n'y a pas de légitime défense dans cette affaire. Depuis mercredi, le bijoutier a reçu de nombreux soutiens sur internet et parmi ses confrères bijoutiers.

Capture d\'écran 13 septembre 2013 - Nice Stephan Turk, fatigué par les 48 heures de garde à vue
Capture d'écran 13 septembre 2013 - Nice Stephan Turk, fatigué par les 48 heures de garde à vue ( FRANCE 2 / FRANCETV INFO)