Une fausse alerte au tsunami provoque une vague d'inquiétude en Corse

Les terrasses de plusieurs ports de Bastia ont été évacuées, jeudi soir, par les CRS après un séisme sous-marin qui a touché la Crète.

Le port de Bastia, en Corse, le 13 mai 2014.
Le port de Bastia, en Corse, le 13 mai 2014. (STEPHANE LEMAIRE / HEMIS.FR / AFP)

Bastia a eu quelques sueurs froides, jeudi 16 avril. La préfecture de Haute-Corse a déclenché une alerte après un séisme sous-marin de magnitude 6,1 qui a touché la Grèce. De quoi créer un tsunami qui aurait pu frappé l'île, précise France 3 Corse ViaStella.

Conséquence : "Il a été décidé de porter l’ensemble des forces disponibles de police, de gendarmerie, de pompiers sur les côtes, dont la côte orientale, dont on sait qu’elle est la plus vulnérable, pour être en surveillance et évacuer, à titre préventif, les personnes les plus exposées", a expliqué un peu plus tard le préfet de Haute-Corse Alain Rousseau à France Bleu. Selon Corse Matin, les CRS sont intervenus à Bastia vers 21 heures pour faire évacuer les terrasses du port de Toga, du Vieux Port et du port de commerce.

Le journal explique que l'alerte a suscité "une crainte qui s'est rapidement propagée en ville et même jusqu'en Plaine orientale, après les évacuations des clients dans les restaurants". Certains ont même pris leurs véhicules pour gagner les hauteurs. 

 Voici des témoignages recueillis par France Bleu RFCM :

 

L'alerte a finalement été rapidement levée, non sans susciter "la colère parmi les restaurateurs", selon Corse Matin. Il s'est avéré qu'"après de nouveaux calculs opérés par le Centre sismique euro méditerranéen, confirmés par Météo France, cet évènement a été reclassé au niveau 4,9. Cela signifie que le risque de montée des eaux en Corse n'existe plus", a expliqué la préfecture dans un communiqué.