"Charlie Hebdo" : une pervenche suspendue à Paris pour ne pas avoir respecté la minute de silence

Cette fonctionnaire, qui assume son refus, "va être traduite rapidement en conseil de discipline et risque la révocation".

Un agent de surveillance de la ville de Paris verbalise une voiture le 17 juillet 2013.
Un agent de surveillance de la ville de Paris verbalise une voiture le 17 juillet 2013. (MAXPPP)

Elle assume son geste. Une agent de surveillance de Paris (ASP, ex-"pervenche") a été suspendue par la préfecture de police (PP) pour ne pas avoir respecté, jeudi 8 janvier, la minute de silence en hommage aux victimes de Charlie Hebdo. 

Cette fonctionnaire, qui assume son refus, "va être traduite rapidement en conseil de discipline et risque la révocation", indique, jeudi 15 janvier, une source proche du dossier. Les ASP, qui sont chargés de dresser des contraventions, sont rémunérés par la PP à travers des crédits alloués par la ville de Paris. 

"Connue pour être radicalisée"

Cette contractuelle, "connue pour être radicalisée, et qui se présentait assez souvent lors d'entretiens avec sa hiérarchie en portant le voile", a ostensiblement refusé, devant ses collègues, d'observer l'hommage rendu par l'ensemble des fonctionnaires, précise une source proche du dossier. "Il s'agit d'une faute grave", ajoute cette source, assurant que cette fonctionnaire faisait l'objet d'autres enquêtes internes pour des fautes répétées.