Ce que l'on sait au lendemain de l'attentat contre "Charlie Hebdo"

Deux frères suspectés d'avoir mené l'attaque auraient été localisés dans l'Aisne. Une journée de deuil national a été décrétée ce jeudi. 

Des enquêteurs examinent un impact de balle sur un véhicule de police près des locaux de \"Charlie Hebdo\", à Paris, le 7 janvier 2015.
Des enquêteurs examinent un impact de balle sur un véhicule de police près des locaux de "Charlie Hebdo", à Paris, le 7 janvier 2015. (CHRISTIAN HARTMANN / REUTERS)

Ils courent toujours. Deux frères, dont un jihadiste connu des services antiterroristes, sont activement recherchés par la police, jeudi 8 janvier, au lendemain de la tuerie de Charlie Hebdo. Ils auraient été localisés dans l'Aisne, en fin de matinée. Sept personnes étaient en garde à vue jeudi. Une journée de deuil a été décrétée. Francetv info résume la situation.  

>> Suivez les derniers événements dans notre direct 

Deux frères suspectés d'avoir mené l'attaque auraient été localisés dans l'Aisne

Les deux suspects de l'attentat auraient été vus jeudi matin dans l'Aisne, alors qu'ils étaient à bord d'une Clio grise et porteurs d'armes de guerre, selon des sources proches du dossier. Le gérant d'une station-essence à proximité de Villers-Cotterêts (Aisne), braqué par les individus, a "formellement reconnu les deux hommes soupçonnés d'avoir participé à l'attentat de 'Charlie Hebdo'", explique une source proche du dossier. "Les deux hommes sont cagoulés, avec kalachnikov et lance-roquettes apparents", confirme une autre source.

Dans la nuit de mercredi à jeudi, la police avait diffusé  un avis de recherche avec les photos de Chérif et Said Kouachi, 32 et 34 ans. Chérif Kouachi est connu des services de police et de justice puisqu'il a été condamné en 2008 pour avoir participé à une filière d'envoi de combattants en Irak, la filière des Buttes-Chaumont. Les deux frères ont été identifiés grâce à la carte d'identité de l'aîné laissée dans la Citroën noire abandonnée dans le 19e arrondissement à Paris. Des analyses ADN dans cette voiture et sur cette carte ont en outre permis de confirmer leur implication, selon France 2.

Nés à Paris et de nationalité française, les deux hommes sont "susceptibles d'être armés et dangereux", prévient la Préfecture de police de Paris et "toute personne détenant des informations" les concernant est invitée à joindre le numéro vert 0805 02 17 17.

Deux drapeaux jihadistes et des cocktails Molotov retrouvés dans la voiture abandonnée mercredi

Les suspects se sont rendus au siège de Charlie Hebdo pour mener leur attaque à bord d'une Citroën C3 noire. Après avoir percuté une automobiliste, ils l'ont abandonnée dans leur fuite, mercredi après-midi, rue de Meaux dans le 19e arrondissement de Paris. Cette voiture a été inspectée, ce qui a permis de prélever des éléments déterminants pour l'enquête.

Les enquêteurs sont notamment remontés aux suspects par des analyses génétiques et la carte d'identité de l'aîné, Said, retrouvée dans le véhicule. Dans cette voiture, les enquêteurs ont aussi retrouvé une dizaine de cocktails Molotov et deux drapeaux jihadistes. "Cela démontre d'une part leur radicalisation islamiste, et qu'ils avaient peut-être prévu d'autres actions avec ces cocktails", a expliqué une source policière à l'AFP.

Plusieurs personnes placées en garde à vue, dont un homme recherché mercredi

Soupçonné d'avoir aidé les deux tireurs présumés, un jeune homme s'est rendu "vers 23 heures après avoir vu que son nom circulait sur les réseaux sociaux".  L'AFP a annoncé qu'il s'agissait du plus jeune des trois hommes recherchés. Mais des doutes demeurent sur son implication. Plusieurs proches de ce lycéen âgé de 18 ans, prénommé Mourad Hamyd, affirment sur Twitter qu'il était en classe au moment de l'attaque. Un alibi jugé crédible par les enquêteurs, selon i-Télé. D'après une source policière contactée par le Le Monde"aucune charge" n'a été retenue pour l'heure contre lui.

Au total, selon une source judiciaire, sept personnes de l'entourage des deux frères recherchés étaient en garde à vue jeudi matin.

Des opérations de police menées à Reims et Charleville-Mézières

Des policiers d'élite du Raid ont débarqué en force dans la soirée de mercredi à Reims (Marne). Objectif, selon une source proche du dossier : mener des opérations de "perquisitions et de vérifications" dans des lieux rattachés aux suspects. Un appartement qui aurait été occupé par les deux frères a ainsi été perquisitionné à Reims. A Charleville-Mézières (Ardennes), des perquisitions concernant au moins deux proches de Mourad Hamyd, ont eu lieu dans la nuit, selon France 2.

Onze blessés, dont quatre grave, toujours hospitalisés

Douze personnes, dont les dessinateurs emblématiques Charb, Cabu, Wolinski et Tgnous, ont été tuées dans l'attaque à la kalachnikov contre le journal satirique, objet de menaces constantes depuis la publication de caricatures de Mahomet fin 2011.

L'attentat a également fait onze blessés dont quatre graves, toujours hospitalisés. Parmi eux figure notamment Philippe Lançon, 51 ans, journaliste à Libération et collaborateur de Charlie Hebdo.

Un deuil national décrété ce jeudi, une minute de silence à midi

Décision très rare, François Hollande a décrété une journée de deuil national ce jeudi. Ce n'est que la cinquième fois que cette décision est prise sous la Ve République. Le deuil national est une décision prise par décret et signé par le chef de l'Etat. Les drapeaux seront en berne et une minute de silence sera observée à midi dans les écoles et les services publics. 

Appel à un nouveau rassemblement dimanche 

Plus de 100 000 personnes se sont rassemblées un peu partout en France pour soutenir les victimes mercredi soir. Voici les images de ces manifestations. A Paris, quelques 35 000 personnes sont venues exprimer leur colère et leur tristesse place de la République. 

Un autre grand rassemblement d'hommage, initialement prévu samedi, se déroulera dimanche à Paris, a annoncé Matignon. Dans un communiqué, les dirigeants du Conseil français du culte musulman, ainsi que l'UOIF (proche des Frères musulmans), appellent "les citoyens de confession musulmane à rejoindre massivement la manifestation nationale" prévue dimanche.