Attaque à Paris : "Il faut arrêter de croire que le terrorisme est derrière nous"

L'ancien député socialiste Sébastien Pietrasanta a rappelé sur franceinfo dimanche qu'il est impossible de prévenir tout risque d'attentat, et qu'il n'y a "pas de mesures magiques en matière de lutte contre le terrorisme".

Une attaque au couteau a été perpétrée samedi 12 mai à Paris, dans le 2e arrondissement. 
Une attaque au couteau a été perpétrée samedi 12 mai à Paris, dans le 2e arrondissement.  (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)

"Il faut arrêter de croire que le terrorisme est derrière nous", a réagi samedi 12 mai sur franceinfo l'ancien député socialiste Sébastien Pietrasanta, après l'attaque au couteau qui a fait un mort et quatre blessés à Paris. Le rapporteur de la commission d'enquête relative aux moyens pour lutter contre le terrorisme rappelle qu'il est impossible de prévenir tout risque d'attentat, et que le recul territorial de Daech en Syrie et en Irak n'empêche pas les passages à l'acte en France.

Il n'y a malheureusement pas de mesures magiques en matière de lutte contre le terrorismeSébastien Pietrasantafranceinfo

"Des moyens humains et financiers importants ont été déployés ces dernières années", a expliqué Sébastien Pietrasanta. "On a légiféré aussi également de manière extrêmement importante avec une loi par an à peu près, donc l'arsenal judiciaire est là, les hommes et les femmes qui défendent notre territoire sont présents."

"Malheureusement, 100% de précaution ne veut pas dire zéro risque, et le repli territorial de Daech en Irak et en Syrie fait qu'on en a pas terminé avec la menace terroriste. Il faut arrêter de croire que le terrorisme est derrière nous en France", a conclu Sébastien Pietrasanta.